×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Commerce: Le cabinet américain IDC prédit une explosion des transactions sur le Net

Par L'Economiste | Edition N°:458 Le 08/03/1999 | Partager

· 425 milliards de Dollars de chiffres d'affaires d'ici 2002
· Les échanges interentreprises, moteur du décollage
· Les Etats-Unis en pôle-position


Le développement du commerce interentreprises permettra au commerce électronique de décoller. Tel est le pronostic réalisé par le cabinet IDC dans son dernier rapport sur les perspectives du commerce électronique sur Internet.
Les revenus des transactions commerciales réalisés sur "la toile d'araignée" représentent 12,5 milliards de Dollars dans le monde en 1997. Ils devraient toutefois augmenter au rythme de 103% pour atteindre 425 milliards de Dollars au cours des cinq prochaines années.
Les ventes au détail sur les seules fêtes de fin d'année 1998 ont plus que doublé aux Etats-Unis par rapport à l'année précédente, pour dépasser 3 milliards de Dollars. Plus de 10 millions de foyers américains ont effectué au moins un achat en ligne au cours de 1998.
Cette explosion s'explique par trois facteurs, d'abord l'augmentation du nombre d'internautes qui va passer à 320 millions en 2002. A fin 1998, le nombre des internautes a franchi la barre de cent millions.
A cette croissance d'utilisateurs du Web, se greffe celle des pages commerciales qui va connaître une explosion exponentielle de 350 millions à 7,7 milliards en 2002.
Le nombre des plates-formes Web(1) pour sa part a explosé en passant de plus de 78 millions unités en 1997 à 515 millions à l'horizon 2002.
A la conjonction de ces éléments s'ajoute "l'augmentation de la taille moyenne des transactions liée à la professionnalisation des échanges sur Internet", expliquent les rédacteurs du rapport, disponible sur le réseau des réseaux(2).
Les consultants d'IDC soulignent également que le marché du commerce électronique sera tiré principalement par les nouveaux marchés, à savoir Europe, Asie/Pacifique, Amérique du Sud et ce, même si le marché américain restera la principale locomotive de ce nouvel espace marchand. Mais les entreprises européennes combleront leur retard sur leurs concurrentes anglo-saxonnes. Elles bénéficieront de l'expansion de l'industrie et des services liés au Web (+ 40%).
Cette augmentation se traduira par une croissance importante du commerce électronique en Europe de plus de 122% par an au cours de la période de 1998-2002.
Au niveau de la segmentation du marché, IDC estime que l'évolution concernera principalement les échanges interentreprises (business to business). Comparativement aux revenus générés par les utilisateurs domestiques, ceux qui proviennent des entreprises vont représenter le segment le plus important avec 37% du marché d'ici 2002. Au sein de ce segment professionnel, ce sont les PME qui se montrent plus dynamiques, précisent les experts de l'IDC. Leur chiffre d'affaires généré par le commerce électronique devrait doubler en passant de 12% aujourd'hui à 24% en 2002.


(1) PC, NC, et autres plates-formes hybrides de type WebPhones ou WebTv.
(2) www.idc.fr


La France rattrape son retard


"Il est temps que les responsables des entreprises et des administrations s'impliquent dans la course pour le commerce électronique". L'appel provient du dernier rapport réalisé sous la direction de M. Francis Lorentz pour le compte du Ministère Français de l'Economie, des Finances et de l'Industrie.
La présence française sur le réseau Internet ne dépasse pas aujourd'hui 1%, loin derrière l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Si le nombre d'utilisateurs d'Internet a doublé pour approcher les 4 millions de personnes, il n'en demeure pas moins que les ventes en détail dans l'Hexagone réalisées sur Internet auraient atteint en 1998, selon les estimations 500 millions à 1 milliard de FF, contre 8 milliards pour le minitel. Dès lors, les différents groupes qui ont élaboré ce dernier rapport recommendent d'agir pour se positionner sur ce nouvel espace marchand au risque de voir le pays marginalisé. "L'entrée en compétition passe par un engagement, non seulement français, mais aussi européen.
l'intégration monétaire favorise les initiatives s'adressant au marché intérieur européen", estime M. Lorentz dans ce rapport(1). Le positionnement dans l'économie des réseaux et des échanges immatérialisés passe également, suggère l'étude, par l'adaptation de l'environnement juridique pour résoudre les problèmes liés à la signature électronique, la protection des données individuelles, la cryptologie. En outre, l'amélioration de la qualité et du coût des services Internet constitue une condition sine qua non pour donner une impulsion aux initiatives des particuliers et des entreprises dans les domaines liés au commerce électronique, réitèrent les rédacteurs du rapport.
Autre chantier, le lancement d'actions de sensibisation, de formation et d'assistance au lancement de projets à l'initiative des pouvoirs publics, des collectivités territoriales et des organismes professionnels. Objectif, faciliter l'accès aux technlogies de l'information sans que les prmoteurs, principalement les PME, ne se perdent dans le maquis des procédures et des interlocuteurs.

Rachid Jankari

(1) Consultable à l'adresse Web: www.telecom.gouv.fr

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc