×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Comment rendre les pouvoirs publics plus efficaces

· Les propositions américaines

Par L'Economiste | Edition N°:441 Le 11/02/1999 | Partager

Les 14 et 15 janvier derniers, une conférence internationale a réuni à Washington une quarantaine de pays pour débattre du thème de la réorganisation du secteur public. L'objectif était de rendre les gouvernements plus performants.

"La réinvention du gouvernement ne fait pas que servir la cause de l'efficacité, elle renforce la démocratie", a déclaré en substance Madeleine Albright, secrétaire d'Etat américain aux Affaires Etrangères, à l'occasion d'une conférence internationale sur la réinvention du secteur public, qui a eu lieu le 14 janvier à Washington. De même, elle a annoncé que "le succès d'un gouvernement ne se mesure pas à la quantité de reproches qu'il parvient à éviter, mais au progrès réel qu'il peut obtenir dans le monde...".
A cette manifestation, une quarantaine de pays étaient présents dont trois du continent africain: le Ghana, le Bénin et l'Afrique du Sud. Les débats portaient sur la rationalisation du secteur public pour améliorer la compétitivité économique.
Dans son allocution d'ouverture à ce forum mondial, le vice-président des Etats-Unis Al Gore a encouragé les gouvernements à combattre "la paperasserie" et l'hypertrophie de l'administration publique. Il a aussi annoncé qu'il était nécessaire à l'heure actuelle de se doter de gouvernements efficaces, car le dynamisme de l'économie mondiale en dépendait. D'après un document de l'Ambassade des Etats-Unis citant le vice-président, les institutions administratives doivent adopter les techniques de gestion du secteur privé, car à l'âge de l'information, les pouvoirs publics doivent être inventifs et allégés. M. Al Gore a aussi énoncé lors de son intervention les quatre exigences sur lesquelles doit reposer la réforme du secteur public. Ces impératifs sont les suivants:
- encourager la compétitivité économique;
- redonner confiance aux citoyens dans leurs gouvernements;
- maximiser la rentabilité des ressources;
- responsabiliser les citoyens en leur confiant plus de pouvoir.
Le vice-président américain a déclaré aussi que pour réaliser ces mesures, le gouvernement américain a adopté une législation de la fonction publique. Il a aussi programmé un projet dans dix Etats américains. Ces derniers pourront utiliser à leur convenance les crédits fédéraux à condition qu'ils améliorent leurs services relatifs à la santé des enfants. Les autres pays représentés au forum ont aussi fait part de leurs expériences dans la réorganisation des pouvoirs publics. C'est ainsi que le président du Ghana, M. Jerry Rawlings, a donné l'exemple de la décentralisation qui a été opérée dans son pays. "Les fonctions politiques, administratives et de planification ont été pratiquement décentralisées" a-t-il dit. L'Afrique du Sud et le Bénin ont quant à eux évoqué "la lutte contre la corruption", comme impératif prioritaire à réaliser au sein des institutions administratives. La Nouvelle-Zélande a aussi fait part des réformes opérées au sein de l'administration de son pays. Dans ce contexte, la représentante de ce pays a déclaré: "Nous ne subventionnons plus l'agriculture, et l'économie a pris un nouveau départ. De vastes réformes de politique commerciale visant à ouvrir notre économie au monde ont été entreprises et nous sommes déterminés à éliminer tous nos tarifs douaniers à l'importation d'ici l'an 2000".
Lors de la dernière session de ce forum qui a constitué "une nouvelle coalition pour la réforme" tous les participants ont approuvé M. Al Gore qui a déclaré: "Le monde entre maintenant dans une période où nous n'aurons plus le luxe de tolérer de mauvais gouvernements...".
M. Al Gore a enfin annoncé que le Brésil abriterait une réunion de suivi de la conférence en l'an 2000.

Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc