×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Cnuced: Croissance record dans les PMA

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    La croissance économique des cinquante pays les moins avancés (PMA) est la plus élevée depuis trente ans, mais le nombre de pauvres continue d’augmenter, a indiqué jeudi dernier la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced). Des taux de croissance supérieurs ou égaux à 7% ont été enregistrés dans l’ensemble des pays les moins avancés en 2005-2006, selon le rapport 2008 de la Cnuced sur les PMA. La croissance des exportations a été particulièrement forte dans les pays exportateurs de pétrole (Angola, Guinée équatoriale, Soudan, Tchad, Timor-Leste et Yémen) et de minéraux (Zambie, République démocratique du Congo, Mozambique, Guinée, Mali et Mauritanie). «Ces exportations représentent 76% des exportations totales des pays les moins avancés», a relevé devant la presse Supachai Panitchpakdi, secrétaire général de la Cnuced. La part des matières premières dans l’exportation de ces pays (33 africains, dix asiatiques, cinq pays du Pacifique et un des Caraïbes) est passée de 59% en 2004 à 77% en 2006. Pourtant, selon l’organisation, 581 millions de personnes sur une population totale de 767 millions vivaient toujours avec un revenu inférieur à deux dollars par jour en 2005. Alors que dans de nombreux pays, les pauvres consacrent 70 à 80% de leurs revenus à l’alimentation, la récente augmentation drastique des prix des denrées risque d’annuler les progrès réalisés, selon la Cnuced. L’organisation s’inquiète en outre de la dépendance accrue des pays les moins avancés à l’égard des exportations de quelques produits peu élaborés, ce qui les rend vulnérables en cas de retournement de la conjoncture. Les PMA affichent par ailleurs une dépendance croissante à l’égard des sources extérieures de financement, en particulier l’aide publique au développement, et mobilisent moins leurs ressources intérieures, note le rapport.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc