×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    CNSS: CA sur fond de tension sociale

    Par L'Economiste | Edition N°:2774 Le 12/05/2008 | Partager

    . Ordre du jour: élection des vice-présidents, allocations pour agriculteurs…. Gestion des polycliniques: une période de grâce supplémentaireUn conseil d’administration ordinaire dans un contexte social pas ordinaire du tout. Incidents de Lissasfa, dialogue social, grèves annoncées… la réunion du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) du 9 mai ne pouvait donc pas se passer sans qu’il y ait de la tension sociale dans l’air. Devant l’entrée du siège casablancais de l’avenue Mohammed V, des manifestants brandissaient des pancartes pour revendiquer… plus de libertés syndicales! D’autres réclamaient «la levée de l’embargo appliqué sur les salaires des employés de l’entreprise d’intérim Triade». En effet, la CNSS accuse cette société d’évasion «sociale». «L’affaire est devant la justice», commente un responsable de la Caisse. En revanche, cette dernière est moins concernée par les libertés syndicales. Les manifestants étaient certainement là pour faire entendre leur voix au ministre de l’Emploi, Jamal Rhmani. Celui-ci présidait son premier conseil d’administration de la CNSS depuis sa prise de fonction.A l’ordre du jour, la gestion déléguée des polycliniques qui est aujourd’hui retournée à la case départ (cf. www.leconomiste.com). «Nous allons relancer un nouvel appel d’offres. Celui-ci devra aboutir rapidement si l’on capitalise sur l’expérience acquise lors du précédent», affirme Mohamed Afifi, directeur de la stratégie à la CNSS. La période de grâce accordée à la CNSS pour se conformer aux dispositions sera prolongée. Dans son allocution, Jamal Rhmani avait précisé que celle-ci ne devrait pas dépasser trois ans. Donc, date butoir: janvier 2011. Cela risque de provoquer une levée de boucliers chez les opérateurs privés. Pour eux, les polycliniques CNSS sont des concurrents. En conséquence, le fait que la Caisse soit à la fois gestionnaire de l’AMO et fournisseur de services de santé risque de fausser la libre concurrence en leur défaveur. Affaire à suivre.Les allocations familiales pour agriculteurs, mesure promise par le gouvernement à l’occasion du dialogue social, était également à l’ordre du jour. Cette pension sera de 200 DH par mois par enfant pour les trois premiers. Pour Afifi, «cet élargissement de la population bénéficiaire des allocations constitue au fond une opportunité pour la CNSS pour convaincre davantage d’agriculteurs de sortir de l’informel». La réunion du vendredi a connu également l’élection des deux vice-présidents. Il s’agit de Mohamed Chaâbi, représentant la CGEM, et de Mohamed Sardi de l’UMT pour la partie syndicale.Nabil TAOUFIK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc