×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

CNJA: La huitième session dédiée au monde rural

Par L'Economiste | Edition N°:458 Le 08/03/1999 | Partager

· Thème: «Mondialisa-tion, développement rural et emploi des jeunes»
· Revoir la politique de distribution des revenus
· Penser à des activités génératrices de valeur ajoutée



Comment faire de la mondialisation une opportunité pour le monde rural? La réponse à cette question nécessite, selon M. Driss Khrouz, membre du Secrétariat Général du Conseil National de la Jeunesse et de l'Avenir (CNJA) dont le secrétaire général est le ministre de l'Agriculture, le Pr Habib El Malki, une reconsidération des différentes stratégies de développement en plaçant «l'homme rural» au centre des priorités. «Les autres secteurs ont concentré trop d'attention et les politiques dédiées au monde rural considéraient son développement économique distinctement de la situation sociale des ruraux», précise M. Khrouz. Ce dernier ajoute que les défis qu'impose l'ouverture du Maroc doivent être relevés principalement sur les chantiers des conditions de vie et de la variable démographique, car sans une modernisation des structures de la population rurale, «celle du Maroc sera handicapée».
Conscient que la mondialisation fera des victimes, M. Khrouz estime que «pour être prêt en 2030, il faut commencer à se préparer dès aujourd'hui». Dans cette vision des choses, il accorde à l'Etat un rôle stratégique.
Selon lui, il faut commencer par une révision de la politique de répartition des revenus au profit du monde rural dans l'objectif de réduire les disparités. Ceci nécessite, entre autres, l'introduction d'un système de financement plus adapté aux réalités de la campagne. Il faut aussi penser à des activités non agricoles génératrices de plus d'emploi et de valeur ajoutée. Reste que le principal défi à relever est celui de la formation. Les taux d'analphabétisme enregistrés dans le monde rural sont alarmants et le niveau de scolarisation, particulièrement des filles, est très faible. Ce sont ces points, livrés par le responsable du CNJA à L'Economiste, qui constituent un avant goût de la huitième session du Conseil prévue pour la fin de ce mois. La préparation des travaux de cette session s'est basée sur trois éléments. En plus des diagnostics déjà établis, le CNJA a recouru à une enquête nationale sur les communes rurales des 16 régions. L'opération, qui selon M. Khrouz est toujours en cours, est menée en collaboration avec la Direction des Collectivités Locales. Les responsables du Conseil ont procédé également à l'organisation de six auditions avec la participation de l'ensemble des acteurs concernés.


Observatoire national sur l'emploi: Quel avenir pour le CNJA?


"Il n'y a pas d'incompatibilité entre le Conseil et l'Observatoire», estime M. Khrouz. Pour lui, le Conseil réfléchit plus en amont sur les questions qui touchent les jeunes, alors que l'Observatoire aura à traiter des questions plus proches de l'emploi. Pour sa part, M. Khalid Alioua avait précisé à l'annonce de la création de l'Observatoire, qu'il n'y aura pas de "télescopage dans la mesure où le CNJA est plus un conseil consultatif qu'une structure d'analyse". Concernant le devenir de ce Conseil, le ministre avait déclaré que "c'est à Sa Majesté le Roi que revient la décision".
L'examen du Dahir portant sur la création du CNJA et les missions de l'Observatoire annoncées à l'occasion des premières Assises Nationales sur l'Emploi laisse, pourtant, entrevoir un double emploi entre les deux organisations. Dans son article premier, le Dahir du 20 février 1991 dispose que le Conseil a pour mission de contribuer, entre autres, à l'insertion des jeunes dans le système productif national. Un document du Ministère de l'Emploi précise que l'objectif de l'Observatoire est «la contribution à l'amélioration de l'efficacité de la politique de l'emploi et au fonctionnement du marché du travail».

Aniss MAGHRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc