×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Enquête

Climat social tendu chez Procter & Gamble

Par L'Economiste | Edition N°:613 Le 11/10/1999 | Partager


· Une centaine d'ouvriers temporaires observent un mouvement de protestation depuis lundi dernier à l'usine de Casablanca
· Le lessivier souligne qu'il n'a rien à se reprocher au niveau légal
· 36 employés ont porté plainte contre le fabricant de Tide


Des ouvriers campant sur le trottoir tout au long de la journée, des agents de police y assurent la sécurité. C'est l'ambiance qui règne depuis lundi devant les portes de l'usine des Industries Marocaines Modernes (filiale de Procter & Gamble) située à Sidi Bernoussi. Tous les ingrédients de la tension sociale sont réunis. Pourtant, la production des articles Procter ne s'arrête pas.
Selon les grévistes, le principal point de discorde est le licenciement de 198 ouvriers dont la plupart ont travaillé plus de dix ans chez le lessivier avec un statut temporaire pour l'entreprise. Le mouvement de protestation a été décidé suite à l'échec de la rencontre organisée la semaine dernière entre les représentants des salariés, les responsables d'IMM et ceux de la Délégation du travail à Sidi Bernoussi. Une fois n'est pas coutume, IMM sort de son silence. Il ne s'agit pas d'un licenciement dans la mesure où ces ouvriers (une centaine en tout) étaient tous temporaires, tient à souligner la Direction des Ressources Humaines d'IMM. Nous n'avons pas simplement renouvelé leurs contrats a durée déterminée. Nous n'avons donc rien à nous reprocher au niveau légal, souligne M. Omar Chanaoui, responsable à la Direction des Ressources Humaines chez IMM. Et de citer que les prestations -tâches manuelles- assurées par ces ouvriers ne s'adaptent plus à la nouvelle logistique de fabrication mise en place récemment par l'entreprise.
Plusieurs grévistes affirment également qu'ils ont été remplacés par 300 nouveaux employés pour assurer leurs prestations. Ce n'est pas vrai, indiquent les responsables d'IMM. Ces ouvriers ont été appelés pour d'autres types de missions.
Le conflit opposant IMM aux ouvriers ne date pas d'hier. Son déclenchement a eu lieu en décembre 1998. La Direction d'IMM avait alors annoncé le non- renouvellement des contrats. C'est le tollé général. Plus de 30 ouvriers ont alors porté plainte contre IMM. Les autres salariés ont déposé une requête en mars soit pour réintégrer l'usine ou bénéficier d'indemnisations. Des promesses ont été faites par l'ancien et le nouveau directeur général pour régler la situation, indiquent plusieurs grévistes. Selon eux, l'offre proposée par IMM n'est pas à l'image du fabricant. Elle consiste en l'attribution de paquets de lessive Tide équivalents à 1.500 DH, soit un mois de salaire, ajoutent-ils. Ce n'est pas la même version chez les responsables d'IMM. Sans les divulguer, le lessivier qualifie ces propositions de généreuses par rapport à ce qui se pratique par les autres entreprises de la même taille.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc