×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Citibank: Mouvement social dans la confusion

Par L'Economiste | Edition N°:474 Le 31/03/1999 | Partager

· Quatre licenciements

· Sécurité renforcée à l'entrée


Grève ou pas à Citibank? L'agence angle Boulevards de Paris-Hassan II connaît un mouvement inhabituel depuis vendredi dernier. Plusieurs agents de sécurité sont mobilisés à l'entrée et procèdent à la vérification d'identité de toute personne qui se présente.
M. Eric Stoclet, nouveau directeur régional Maghreb fraîchement arrivé de Tunisie, a du pain sur la planche. Quelques semaines après avoir pris ses fonctions, il a annoncé son intention de restructurer la banque et de l'aligner sur les autres succursales internationales. Une réorganisation qui devrait, M. Stoclet ne s'en cache pas, entraîner une "réduction temporaire du personnel". Objectif: Arriver à s'imposer sur le marché via une équipe de pointe.
Tout a commencé lors-que la Direction a procédé au licenciement de quatre personnes il y a un peu plus d'un mois. Le syndicat USIB/UMT s'en est tout de suite mêlé et a protesté contre ce licenciement considéré comme abusif. Du côté de la Direction de la banque, il est déclaré que ce sont des licenciements justifiés, mais les causes n'en sont pas divulguées pour autant. M. Stoclet affirme que plusieurs réunions ont eu lieu sur place avec des délégués syndicaux en vue de trouver un compromis. "Il nous semblait être arrivés à une solution idéale. Les représentants de l'UMT ont promis d'en faire part, mais nous n'avons plus eu de nouvelles jusqu'à vendredi", est-il expliqué.
Dans un communiqué au personnel de Citibank et à la presse, le syndicat a appelé à un sit-in de deux heures vendredi 26 mars. "Sous couvert de restructuration et pour poursuivre son plan de liquidation du personnel, Citibank n'a pas hésité à bafouer les libertés et droits fondamentaux des travailleurs", indique le communiqué. Dans leur note, les responsables syndicaux soutiennent que la Direction refuse d'ouvrir des négociations loyales sur le cahier revendicatif et s'oppose à la réintégration des cadres concernés.

Toujours est-il que vendredi il y avait foule à Citibank. "Plus d'une centaine de personnes étrangères à la banque ont fait irruption et ont occupé le hall", rapporte M. Stoclet. Et de continuer: "Il n'y a pas eu d'arrêt de travail volontaire du personnel. A aucun moment mes employés ne se sont joints à cette manifestation". Du côté de l'UMT, les responsables n'étaient pas disponibles à l'heure où nous mettions sous presse pour commenter les faits.
Les forces de l'ordre sont intervenues pour évacuer les lieux. Et, selon la Direction, le travail a repris normalement. "J'accepte que mes employés soient en grève ou protestent contre le licenciement de leurs collègues, mais pas que des réunions syndicales se tiennent sur les lieux du travail", souligne M. Stoclet. En attendant, le dispositif de sécurité est renforcé et l'accès à la banque demeure étroitement contrôlé.

Hanaâ FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc