×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

CIOR : La souscription atteint 6 fois l'offre

Par L'Economiste | Edition N°:109 Le 23/12/1993 | Partager

Le placement auprès du grand public de l'action CIOR est un franc succès. Les souscriptions ont atteint près de 6 fois le nombre d'actions mises en vente. le gouvernement a augmenté le volume d'actions cessibles sans pour autant que le taux de satisfaction dépasse 13,5%.

L'engouement suscité par l'action CIOR dépasse les attentes les plus optimistes. 16.260 souscripteurs ont demandé 6.285.113 actions. La souscription pour la tranche nationale a atteint 7 fois les actions proposées, le rapport pour la tranche internationale est de 2 fois et demie.

Au départ l'opération portait sur 1.052.500 actions de la société CIOR représentant 25 % du capital. La tranche nationale devait absorber 17% et l'internationale concerner les 8% restants. La BNDE assurait le chef de filat pour le Syndicat de Placement National. Lehman Brothers et Barings avaient en charge la partie internationale.

Montage changé

Cependant ce montage a été remanié sur décision gouvernementale. La souscription ayant atteint -globalement- 6 fois le volume proposé, décision a été prise d'augmenter le volume des actions à attribuer à 1.431.400. Le volume additionnel représente 9% du capital. Initialement ce "paquet" devait être réservé aux opérateurs régionaux et aux salariés. Le ministre de la Privatisation, M. Abbderrahmane Saaïdi a estimé que "la souscription ayant été plus forte dans l'oriental, que dans les autres régions, l'objectif de la régionalisation était atteint". Quant aux salariés, les 1,2% encore détenus par l'Etat leur seront réservés. Mais le ministre a souligné que "l'idée fort généreuse de la participation du personnel bute sur le problème du financement". Les moyens financiers des salariés ne leur permettent pas de payer leurs souscriptions au comptant, mode de règlement imposé par la loi. M. Saaïdi a donc demandé aux banquiers de réfléchir à un produit spécifique à cette opération. Il a aussi esquissé d'autres possibilités: les oeuvres sociales ou un fonds spécial pourraient être impliqués.
Le taux de répartition est respectivement de 13,50% pour la tranche nationale et 43,21% pour la tranche internationale. Le taux de satisfaction est donc encore plus faible que pour la CTM-LN.

De l'épargne souterraine!

L'analyse de la fiche technique fait ressortir plusieurs éléments:
- Une épargne importante est susceptible d'être drainée. La souscription a mobilisé (et immobilisé pour une courte période) 1,5 milliard de Dirhams. Le ministre a précisé qu'une partie "significative" des souscriptions n'était pas bancarisée, il s'agit donc d'épargne souterraine. Si l'on précise que cette opération a eu lieu en même temps que l'emprunt national du Trésor, et que celui-ci a eu son succès habituel, le potentiel-épargne paraît important. En tout cas sans aucun rapport avec la liquidité très relative du marché boursier actuellement.

- Les personnes physiques représentent 99% du total des souscripteurs nationaux. Il s'agit d'un indicateur important. La petite épargne est donc intéressée par la bourse. Elle représente d'ailleurs 82% en valeur. On remarque d'ailleurs au niveau des intermédiaires que la SGMB a centralisé près de 25% des demandes et n'a reçu que 18% des actions attribuées. La BCP par contre a eu un lot de 22% des actions attribuées alors qu'elle ne représente que 18% des demandes. Ce qui voudrait dire que cette banque a centralisé des demandes en quantités moyennes. Une analyse plus fine des différents éléments statistiques permettra de définir l'épargne-cible.

- Le placement à l'étranger s'est fait auprès de 19 fonds communs de placement différents. Ceci reflète l'intérêt de ces fonds pour le marché boursier marocain même si certaines mesures annoncées (voir plus bas) risquent de gêner ce mouvement. Les spéculations sur l'évolution du titre CIOR ont déjà commencé. M. Laraki, directeur général de la Bourse a été obligé d'intervenir pour calmer l'ardeur des courtiers. Ceux-ci le demandaient avec une "prime" supérieure à 3%. Or, c'est la marge acceptable entre 2 cours. En tout état de cause, une "envolée" est attendue vu la demande non satisfaite lors des souscriptions.

Jamal BERRAOUI

Fiscalité: Des changements en vue

M. Abderrahmane Saaïdi, ministre de la Privatisation délégué auprès du Premier ministre chargé des Etablissements Publics, a annoncé lors du point de presse précédant l'introduction en bourse de la CIOR deux mesures fiscales concernant les valeurs mobilières:
- les bons du Trésor seront fiscalisés. Une retenue à la source de 10% sera appliquée sur leur rapport,
- les plus-values sur actions réalisées par les étrangers se verront appliquer une retenue à la source de 5%.

Les professionnels présents ont réagi différemment à ces deux mesures. La première était réclamée par tous les intéressés. Elle visait à limiter l'attrait du taux arbitraire des bons du Trésor. C'est aussi une mesure d'équité fiscale pour les différents produits de placement.

Par contre, la seconde mesure suscite différentes interrogations, voire des appréhensions. Les professionnels font remarquer que cet impôt n'existe sur aucun marché concurrent, ce qui risque de refroidir l'intérêt des investisseurs étrangers. En outre, son "applicabilité" est très aléatoire. Comment définir dans un lot d'actions constitué par plusieurs achats, quelle est l'action vendue pour déterminer la base d'impôt? Les dépositaires devront tenir une véritable comptabilité analytique par client. Ce qui renchérirait leur commission. Nouvel impôt, plus renchérissement des services. Ce qui dissuadera les investisseurs étrangers.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc