×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Cinquantenaire des FAR
Une parade navale pour clore les festivités

Par L'Economiste | Edition N°:2276 Le 16/05/2006 | Partager

. Cérémonie grandiose au port militaire d’Agadir . La qualité de la Marine royale mise en reliefC’est en véritable apothéose que les festivités célébrant le cinquantième anniversaire des Forces armées royales ont été clôturées. Les dernières manifestations entrant dans ce cadre ont eu lieu dans la capitale du Souss, Agadir. Elles ont été entamées dès la matinée du lundi à travers la parade navale. Celle-ci a eu lieu à partir de la zone maritime adjacente au port militaire de la ville. Présidée par S.M Mohammed VI et SAR Moulay Rachid, colonel-major de la Marine royale, elle a vu défiler un total de 23 navires alignés sur quelque 10 km. D’une durée de 54 minutes, la parade a consisté en une formation tactique en ligne de file. Elle a été conduite par la frégate Hassan II qui a tiré une salve de 21 coups de canons. Un spectacle à couper le souffle. La frégate Hassan II est le joyau de la flotte militaire marocaine, au même titre que son sosie, la frégate Mohammed V. Passée cette cérémonie, le temps était au défilé proprement dit. Huit navires de pays amis et 14 autres nationaux se sont ainsi succédé dans un ordre impressionnant. L’objectif de la manœuvre, et au-delà de la symbolique historique, a été de montrer la capacité et le degré de préparation opérationnelle de la Marine royale, en plus de sa cohésion et son niveau d’interopérabilité avec les autres flottes. Un dispositif ordonné, selon des procédures éprouvées, a ainsi été mis en place. Tenant compte des spécificités de la baie d’Agadir, la manœuvre a été organisée à une distance de 6 km de la Tribune royale. Une distance de 250 à 600 mètres séparait les différents navires, en fonction de la nature de chacun. Après le passage de la frégate polyvalente Lt-colonel Arrahmani, place a été faite à la frégate anti-sous-marine HMS Sutherland de la Royal navy britannique. Puissamment armée, elle est également équipée pour contrer toute attaque aérienne contre la flotte britannique. Le tour a par la suite été donné à la très impressionnante frégate polyvalente américaine USS Carr, une véritable plate-forme de guerre à usage multiple (anti-sous-marine, anti-aérienne et de surface en plus de sa capacité de transport de ravitaillements et de convois militaires). Dans son sillage, suivaient les frégates lance-missiles Courbet (France) et Juan de Borbon (Espagne) et le patrouilleur Comandante Borsini (Italie), dont la mission principale est la surveillance des eaux territoriales.Le pétrolier–ravitailleur français Meuse a particulièrement attiré l’attention, tant par son immensité que par ses capacités de transport. Tout aussi géant, le bâtiment de débarquement de chars Sidi Mohammed Ben Abdallah, dont l’utilité a été prouvée à maintes reprises lors des opérations de maintien de la paix auxquelles les FAR ont participé. Il s’agit notamment des opérations de Bosnie, du Kosovo et en Haïti. Acquis auprès des Etats-Unis, ce navire peut également transporter des hélicoptères. Le bâtiment Sidi Mohammed Ben Abdallah était suivi par le chasseur de mines belge Bellis dédié au dragage des mines. Dans son sillage, se succédaient les patrouilleurs de haute mer Rais Bargach, Rais Charkaoui, Rais Maâninou, Rais Al Mounstiri, Ellahiq Ettawfiq, El Hamiss, El Karib, LV Rabhi, AZl Bachir et les patrouilleurs rapides Okba et Triki.Le moment fort de cette parade aura sans doute été le passage, en dernier lieu, du voilier portugais Sagres, témoin plusieurs fois centenaire de guerres et batailles, avec une histoire propre digne des plus grandes légendes. Ce véritable bijou de l’architecture navale, et après tant d’épreuves, se contente actuellement de faire le tour du monde et d’accueillir des cérémonies officielles quand il ne sert pas d’école et de plate-forme de formation des éléments de la Marine portugaise. Le tout a constitué l’occasion de tester le niveau de formation et d’entraînement de la Marine royale et de rendre hommage aussi bien à un corps peu connu, mais dont la qualité n’est plus à prouver, qu’aux marines des pays avec lesquels le Maroc entretient des relations privilégiées de coopération, marquées notamment par des exercices conjoints. La parade a été suivie d’un mouillage en groupe de tous les navires. Ceux–ci ont arboré leurs grands pavois le jour. La nuit, ils ont été illuminés en guirlandes. De quoi égayer encore plus les soirées animées de la capitale du Souss. La soirée a été justement marquée par un dîner officiel présidé par le Souverain et qui s’est déroulé à bord de deux frégates de la Marine royale à quai au port militaire d’Agadir. Parallèlement, une animation en ville au profit du public a eu lieu au niveau de Sahat Al Amal. Les orchestres des FAR et de la Gendarmerie royale s’y sont donnés à cœur joie. Des parades militaires étaient également de mise. Les festivités ont été clôturées par un feu d’artifice lancé à partir de trois bâtiments de mer. Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc