×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Ciment: La boulimie du marché immobilier

Par L'Economiste | Edition N°:2733 Le 12/03/2008 | Partager

. Près de 3 millions de tonnes entre janvier et février 2008. La demande a atteint 12,8 millions de tonnes en 2007. Les IDE dans le secteur ont atteint 7,3 milliards de DHIl ne fait aucun doute que le secteur de l’immobilier connaît une forte dynamique. Et «quand le bâtiment va...», on a de fortes raisons de croire que «tout va». La consommation exponentielle de ciment dans le secteur de l’immobilier en atteste. De 9,3 millions de tonnes en 2003, la demande des chantiers a atteint quelque 12,8 millions de tonnes à fin 2007, soit une évolution de 7,9% par an. L’autre indicateur de cette forte dynamique, l’évolution des Investissements directs étrangers (IDE). Ils sont passés de 1,8 milliard en 2002 à 7,3 milliards à fin 2007 avec deux faits majeurs. En plus du bond de 64,4% enregistré en 2006, c’est l’afflux des IDE en immobilier qui a enregistré une hausse record de 83,3% durant 2007. Sur le terrain, ce rythme soutenu se traduit par l’évolution sans discontinuité du secteur observée depuis début 2003, avec la mise en chantier de plus de 1,4 million d’unités sur l’ensemble du territoire. Pendant ce temps aussi, certaines régions s’illustrent plus par leur boulimie du mix ciment que d’autres. Les derniers chiffres du marché communiqués par l’APC (Association professionnelle des cimentiers), pour les deux premiers mois de 2008, placent la région du Grand Casablanca en tête de peleton avec 354.952 tonnes. Le cumul sur ces deux mois, une année auparavant, était de 250.663 tonnes. Ce qui correspond à une évolution de 41,61%. Le duo Tanger-Tétouan tient son rang de dauphin en enregistrant une évolution de 13,28%. Sa consommation est passée sur les périodes considérées de 257.606 tonnes à 291.808. Avec une évolution légèrement plus importante, 13,78%, la région de Marrakech-Tensift-Haouz est sur la 3e marche du podium. Sa consommation cumulée est passée de 223.113 tonnes à 253.873 tonnes. Suit le Souss-Massa-Draâ dont la consommation a progressé de 21,02% avec des cumuls comparés de 175.912 tonnes pour les mois de janvier et de février 2007 contre 212.893 tonnes sur la même période de l’année. La région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër connaît également une forte progression (21,48%) tirée par les chantiers du Bouregreg et du technopole, des nouvelles villes… Sa consommation en mix ciment est passée de 144.455 à 175.484 tonnes.A noter que la plus forte évolution est à l’actif de la région de Laâyoun-Boujdour-Sakia Elhamra, 103,23%. Ce qui correspond à un cumul comparé de 14.760 tonnes pour les mois de janvier et de février 2007 contre 29.997 pour cette année. Autre constat. Les 16 régions et provinces du Royaume sont toutes sur un trend haussier. La moins boulimique des régions, c’est Oued Ed-Dahab-Lagouira qui n’a englouti que 4.258 tonnes en janvier-février 2007 contre 6.284 cette année, dont le cumul a atteint plus 2,29 millions de tonnes. Face à cette évolution généralisée à l’ensemble des régions, le record des 12,8 millions de tonnes, enregistré en 2007 sera largement dépassé. B. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc