×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

CIH: Caisses d’épargne à hauteur de 35%

Par L'Economiste | Edition N°:2201 Le 26/01/2006 | Partager

. Cette prise de participation représente 1,6 milliard de DH . Le CIH met le cap sur la bancarisation et l’accès au logement Qui pouvait croire il y a encore quelques années que le CIH surmonterait ses difficultés. Aujourd’hui, sa situation financière est assainie. La Caisse nationale des caisses d’épargne (CNCE-France) entre dans son capital à hauteur de 35%. Une prise de participation à peu près conforme aux premières prévisions qui avaient annoncé l’arrivée du groupe français à hauteur du tiers dans le tour de table de la banque marocaine. Cela représente près de 150 millions d’euros, soit près de 1,6 milliard de DH. Un pacte d’actionnaires a été signé hier à Rabat par Mustapha Bakkoury, directeur général du groupe CDG, actionnaire de référence du CIH (58%), et Charles Milhaud, président du directoire de la Caisse nationale des caisses d’épargne, sous l’œil attentif de Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation. Ce qui fait que la CNCE, faisant désormais partie de l’équipe dirigeante, sera membre du directoire et aura son mot à dire pour le développement de la banque.Cette signature fait suite au mémorandum d’entente, conclu le 7 décembre 2004 entre le gouvernement et la CNCE, portant sur un partenariat entre les deux parties dans les domaines du crédit immobilier et l’accès au logement. De rudes négociations de plus d’une année ont donc été nécessaires pour aboutir à cet accord. Pour Khalid Alioua, il ne s’agit pas d’une opération de sauvetage, mais de développement. L’objectif en est de faire évoluer le CIH vers une banque de services dédiée aux ménages, avec un rôle important à jouer dans la dynamisation de la bancarisation et, surtout, de l’accès au logement social. Le groupe Caisses d’épargne possède une grande expérience en la matière. Plus de 20% des ménages français accèdent à la propriété via la CNCE. Le groupe français compte participer activement au développement de la bancarisation des particuliers, le financement du logement, la promotion des produits d’épargne et d’assurance. Néanmoins, l’activité hôtelière sera réduite. Milhaud résume bien la nouvelle vocation du CIH: «une banque de la famille et de l’habitat». Sur le chapitre de la bancarisation, une campagne de communication portant sur le droit de tous les Marocains à avoir un compte sans restriction sera lancée à partir de la semaine prochaine, a précisé Alioua. Pour Bakkoury, la gestion du dossier CIH a été exemplaire à plus d’un titre. A la garantie de l’Etat, se sont ajoutés une flexibilité de la banque centrale et un fort engagement du management du CIH. «Ces ingrédients sont à l’origine de la nouvelle page que la banque ouvre. Avec l’apport de la CNCE, le CIH sera l’une des banques qui respectent le mieux les dispositions réglementaires régissant le secteur bancaire», a-t-il déclaré. L’entrée du groupe Caisses d’épargne dans le capital du CIH donne suite aux efforts de restructuration menés au sein de ce dernier pendant plusieurs années. Selon le ministre des Finances, ces efforts ont notamment porté sur l’assainissement des comptes à travers la couverture du sous-provisionnement constaté et le recouvrement des créances du CIH sur le secteur public et sur la recomposition de l’actionnariat de la banque. Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    ma[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc