×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    Chronique des changes Semaine du 11 au 15 Mai 1992 : Le Dollar se déprécie, le Yen et les devises européennes plus cher

    Par L'Economiste | Edition N°:30 Le 21/05/1992 | Partager

    Le Dollar est la seule devise internationale de notre échantillon d'observation à voir son cours exprimé en Dirhams se déprécier au cours de la semaine sous-revue: (-0,72%) subsé-quemment à son repli sur les marchés des changes contre l'ensemble des monnaies. Cette glissade s'est en effet échelonnée de -1,79% (vs Livre Sterling) à -2,25% (vs Yen), en passant par -2,3% (vs Ecu). D'un vendredi à l'autre, les cours en Dirhams, de la monnaie britannique et du Mark allemand sont, en revanche, demeurés virtuellement inchangés; tandis que les autres devises européennes (dont l'ECU), plus le Yen, continuaient (sauf pour la Lire italienne) de s'apprécier comme au cours de la semaine précédente, quoique à un rythme plus modéré.
    Est-on en train d'assister à un renversement de trend (de la hausse vers la baisse) pour le Billet Vert? En fait une conjonction de facteurs défavorables est à l'origine de cette désaffection.

    Trend du Dollar atténué pas inversé

    (I) En premier lieu, l'anticipation par les marchés que la Réserve Fédérale" va remettre encore ça", c'est-à-dire procéder à la énième baisse de ses taux directeurs afin que la sortie de récession - dont les signes se multiplient chaque semaine à travers les chiffres publiés - soit plus rapide. "At face value" comme dirait les Américains (c'est-à-dire, à première vue), la marge de mauvre des Autorités monétaires outre-atlantique existe encore, puisque d'une part l'inflation ne donne pas de signes de résurgence (indices des prix à la consommation et à la production demeurent sages à +0,2% mensuels respectivement), d'autre part, le rythme de croissance monétaire M-2 (à 2,7%) tutoie plustôt le jalon bas que le haut de la fourchette d'objectifs établie par la Féd (2,5-6,5%), ce qui fait même craindre un nouveau "Crédit Crunch" (rationnement du crédit) pour les entreprises. Notre sentiment, à cet égard, est qu'un assouplissement supplémentaire de la part de la Banque Centrale serait plus un "geste politique" (sous la pression de l'Administration Bush, et à la veille d'éléctions) qu'une mesure impérieuse requise par l'état de l'économie américaine.

    Cependant, dans un tel cas de figure, le trend du Billet Vert ne serait, à notre sens, pas définitivement renversé, mais sensiblement atténué, dans l'attente d'une reprise économique plus franche, d'une réduction des différentiels de rendements entre le Dollar et les autres devises internationales-dont le Mark- (en fin d'année ou au début de 1993?) et/ou d'une franche victoire républicaine aux élections américaines de Novembre. Ces événements nous semblent être autant de facteurs de soutien pour la monnaie de l'Oncle Sam.

    Pressions à la hausse contre le Yen

    (II) L'autre événement qui a pesé sur le Dollar fut une déclaration du Secrétaire au Commerce Américain (Ministre) devant une Commission sénatoriale dans laquelle il se disait "très, très préoccupé" (very very concerned) par les excédents commerciaux japonais enregistrés au détriment des Etats-Unis. Ce message fut immédiatement décodé par les analystes de change dans les salles des marchés comme signifiant que le Yen japonnais était sous-évalué et que, faute de pouvoir être raisonnable-ment assorti de rendements plus élevés qui l'auraient renchéri (puisque l'économie nippone connaissait un ralentissement), il allait faire l'objet de pressions répétées à la hausse, à travers des déclarations officielles (du "Talk Up", selon la formule consacrée), et d'éventuelles incursions des autorités monétaires sur les marchés des changes.
    Tout cela explique que la devise japonaise se soit sensiblement appréciée au cours de la période considérée: indice TCE en hausse de +2%, cours +2,25% plus cher en Dollars, près de +1% en Dirhams et +0,26% en Ecus.

    Accords sociaux favorables au Mark

    N'y aurait-il pas eu la baisse du Dollar, le Mark allemand se serait trouvé à des niveaux beaucoup plus faibles vis-à-vis de l'ensemble des devises internationales que ceux notés la semaine considérée et ce, compte tenu de la lourdeur du climat social qui a prévalu jusqu'au week-en dernier en Allemagne. Or, la devise germanique est demeurée stable par rapport à la moyenne des monnaies européennes d'où la stabilité du Mark/Dirham. Elle a en revanche cédé du terrain au Franc Français (-0,12%), lequel continue de tenir la vedette sur les marchés des changes (indice TCE en hausse de +0,6%, cours en Dirhams et en Ecus plus cher respectivement de +0,35% et de +0,10%). Maintenant qu'un accord salarial Métallos-Patronat allemand est conclu (depuis le 17 Mai), prévoyant une hausse des rémunérations identique à celle concédée au Secteur Pubic mais également l'engagement d'une hausse plus modérée en 1993, une lourde hypothèque est enfin levée sur les perspectives inflationnistes et monétaires Outre-Rhin. Cette nouvelles est indubitablement favorable au Mark, et ce d'autant plus que les rendements du Dollar sont "hypothéqués" à la baisse. Dans ce contexte contrasté, une conviction nous anime: en dépit du rythme élevé de croissance monétaire en Allemagne, la Bundesbank n'opérera pas un durcissement de sa politique montétaire; nous avons bon espoir même, que l'inverse se produise en fin d'année ou en début d'année prochaine.

    "L'adage veut que lorsque le Dollar faiblit, la Livre suit". Il s'est vérifié cette semaine avec un Pound en repli de -0,27% vis-à-vis de son homologue allemand, et de -0,29% par rapport à l'Ecu, son appréciation en dollars (+1,79%) ayant été la plus faible des principales monnaies européennes. Curieusement, doit-on reconnaître, son cours exprimé en Dirhams est demeuré virtuellement stable d'un Vendredi à l'autre. Enfin les monnaies latines (Lire italienne, Pésète Espagnole et Escudo portugais) se sont appréciées par rapport au Dirham dans le sillage de l'Ecu. L'Escudo, plus spécifiquement poursuit son ascension de "l'Everest des Changes": il figure déjà en tête du Mécanisme Européen et cette semaine encore, a engrangé +0,54% vs Dirham.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc