×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Chine/Arabie saoudite
Renforcement de la coopération pétrolière

Par L'Economiste | Edition N°:2199 Le 24/01/2006 | Partager

. Cinq accords signés à Pékin La Chine et l’Arabie saoudite ont signé le 23 janvier à Pékin cinq accords de coopération, dont l’un sur le pétrole et le gaz, à l’occasion de la première visite en Chine du souverain wahabite, le roi Abdallah, a constaté une journaliste de l’AFP. Selon des experts, cet accord, sur lequel aucun détail n’a été fourni immédiatement, est le premier du genre entre l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, et la Chine, première consommatrice d’énergie.Le document sur «la coopération dans le pétrole, le gaz naturel et les minerais» a été paraphé par le ministre saoudien du pétrole, Ali Al-Nouaïmi, et le ministre chinois de la Commission nationale pour la Réforme et le Développement (principal organisme de planification), Ma Kai.Commentant l’accord, le ministre des Affaires étrangères saoudien, Saoud al-Fayçal a mis l’accent sur les intérêts convergents des deux pays. «La Chine est un des plus importants marchés et l’Arabie l’une des plus importantes sources d’énergie», a-t-il souligné.Le prince a précisé que l’accord fixerait un cadre pour des investissements dans le domaine énergétique mais que des contrats pour des projets particuliers seraient conclus d’entreprise à entreprise.L’Arabie saoudite représente déjà 14% des importations de pétrole brut chinoises, avec plus de 20 millions de tonnes l’année dernière achetés par les compagnies chinoises.Les deux pays ont par ailleurs paraphé quatre autres accords portant sur le commerce et la coopération technique, la fiscalité, notamment pour «éviter de doubles taxations», la formation professionnelle et enfin sur un prêt de la Banque de développement d’Arabie saoudite à la ville d’Aksu, dans la province à forte minorité musulmane du Xinjiang (nord-ouest), région également riche en pétrole. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc