×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Chine, les raisons d’une montée en puissance

Par L'Economiste | Edition N°:1817 Le 22/07/2004 | Partager

. Le pays est désormais 4e exportateur mondial. Sa force: grande adaptabilité à la demande mondiale. 95% des exportations émanent de l’industrie manufacturièreSixième rang mondial en termes de PIB et 4e en termes de production industrielle. La montée en puissance de l’“empire du Milieu” sur la scène mondiale, bien qu’annoncée depuis plusieurs décennies, n’en finit pas de surprendre le monde entier. Habitués aux équilibres économiques et politiques en place, tous les pays à l’échelle mondiale sont secoués par un bouleversement sans précédent dans les rapports de force économiques. Où s’arrêtera l’expansion de l’ogre chinois? Quel est l’impact et les enjeux de sa montée en force à l’échelle mondiale mais aussi pour les pays émergents? C’est ce que tente de décrypter la dernière étude du DPEG qui analyse les forces et défis de cette nouvelle puissance. Celle-ci explore aussi l’état des relations commerciales entre le Maroc et la Chine et leur potentiel de développement. Les auteurs de l’étude mettent ainsi en évidence certaines dynamiques sectorielles “remarquables” tout en précisant les opportunités et les menaces pour l’économie nationale.Selon les auteurs de l’étude, l’entrée de la Chine sur la scène commerciale et économique ces vingt dernières années n’a pourtant rien d’exceptionnel. Pour eux, l’évolution du commerce extérieur de la Chine est moins spectaculaire que celle du Japon et de la Corée du Sud. En tout cas, une chose est sûre: la machine chinoise est lancée et son expansion semble n’avoir aucune limite. En témoigne en particulier la progression du commerce extérieur chinois qui a évolué de près de 15% en moyenne annuelle entre 1980 et 2002, contre 5,8% pour le commerce international. Les échanges extérieurs prennent une place croissante dans l’économie chinoise. Avec des exportations et des importations qui atteignent plus de 22% du PIB en 2001, la Chine est un des grands pays en développement les plus ouverts au commerce international. En gagnant des parts de marché aux dépens des pays industrialisés et de certains pays émergents, la Chine s’est hissée au 4e rang des exportateurs mondiaux avec des ventes à l’extérieur de 438 milliards de dollars. La structure du commerce extérieur chinois reflète l’intégration croissante du pays en tant qu’assembleur final dans le processus de production. Ce pays est devenu une immense usine pour les biens de consommation courante. La force de la Chine réside dans une remarquable adaptation des exportations à la demande mondiale (ce que n’a pas réussi le Maroc dont l’offre reste très figée). Non seulement la Chine s’est positionnée sur les créneaux les plus porteurs, mais elle a même élargi sa part de marché mondial dans différents secteurs. Corrolaire direct: La composition des exportations chinoises a profondément changé. Elles sont désormais portées par l’industrie manufacturière. Celle-ci a fourni en 2002 près de 95% des exportations (contre 50% en 1980), laissant une place marginale aux produits primaires. Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc