×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Charm el-Cheikh: Les Arabes résistent à la normalisation avec Israël

Par L'Economiste | Edition N°:1532 Le 04/06/2003 | Partager

. Ils ne veulent pas faire de concessions gratuitesLes Etats-Unis ont réclamé à leurs alliés arabes réunis avec eux hier mardi à Charm el-Cheikh d'accélérer la normalisation avec Israël pour encourager le processus de paix, mais les Arabes rechignent à faire des concessions gratuites. Le secrétaire d'Etat américain Colin Powell a formulé cette demande lors d'une réunion lundi dernier avec les ministres des Affaires étrangères égyptien, jordanien, bahreini, saoudien et palestinien, quelques heures avant un sommet entre les dirigeants de ces pays et le président George W. Bush, a rapporté l'AFP. Powell s'est déclaré «satisfait que les Arabes aient accepté la feuille de route (le plan de paix international pour le Proche-Orient), mais a estimé que des mesures concrètes étaient nécessaires comme un encouragement de la normalisation avec Israël«, ont précisé ces sources à l'AFP. Le secrétaire d'Etat a fait valoir qu'une normalisation accélérée pourrait «encourager le gouvernement israélien à aller de l'avant dans le processus de paix«, a-t-on ajouté de même source. Il a souligné que parmi les participants, trois seulement des parties arabes (l'Egypte, qui pour le moment a retiré son ambassadeur d'Israël, la Jordanie et les Palestiniens) avaient fait la paix avec Israël et que les Etats-Unis «voulaient plus que cela«. Les ministres arabes, notamment le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal, ont fait valoir qu'ils étaient en faveur d'une normalisation globale entre tous les pays arabes et Israël et non d'avancées individuelles, en échange des territoires occupés et de la reconnaissance par Israël d'un Etat palestinien, selon ces mêmes sources. Une source proche d'une délégation arabe a souligné que les pays arabes participant au sommet de Charm el-Cheikh mardi dernier avec le président Bush étaient «d'accord pour un assainissement de l'atmosphère entre Israël et les pays arabes«, mais qu'en échange, l'Etat hébreu devait «au moins reconnaître clairement un Etat palestinien«. Même si la déclaration finale du sommet de Charm el-Cheikh n'est pas contraignante, «les pays arabes craignent qu'elle ne soit exploitée par la suite par Israël pour démontrer qu'ils ont failli à leurs promesses et l'utilise comme moyen de pression pour obtenir des concessions de la part de ces pays«, a souligné la même source. La réunion s'est terminée sans accord et les ministres ont dit qu'ils allaient en référer à leurs dirigeants. Powell est demeuré en réunion avec le ministre saoudien des Affaires étrangères pour tenter de parvenir à un accord. Dans une déclaration sibylline lundi dernier, Powell avait affirmé: «Les paroles viennent toujours avant les actes, mais nous attendons des actes. Ce n'est pas assez d'avoir des déclarations et des paroles sans actes«. Il a souligné que «la feuille de route nécessite des actions, non des paroles«. La réunion avait notamment pour but de préparer le communiqué final qui devait être publié hier mardi, à l'issue du sommet de Charm el-Cheikh.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc