×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

CGEM: Elalamy attendu sur les mesures fiscales

Par L'Economiste | Edition N°:2372 Le 29/09/2006 | Partager

. La baisse de l’IR acquise pour l’heure. Trois présidents de fédération élus sur les 11 de la ConfédérationC’est la rentrée pour les membres de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Ce jeudi 28 septembre dans la matinée, le nouveau président élu, Moulay Hafid Elalamy, tenait la première réunion mensuelle de la rentrée du Conseil d’administration. L’ordre du jour, très chargé, comprenait, entre autres, la présentation des présidents nouvellement élus. Trois fédérations sur les onze que compte l’organisation patronale ont déjà procédé à l’élection de leur président. Il s’agit de la fédération du commerce et services dont Ben Elkhadir Chakib, de la société Stokvis, vient d’être élu à la présidence. Hassan El Basri, directeur général adjoint de la BCP chargé du pôle développement chapeaute la fédération des secteurs bancaire et financier et Jalil Belabbès Taârji celle du tourisme (voir aussi page 8). Il reste encore aux huit autres fédérations membres de la CGEM à procéder aux élections de leur nouveau bureau, comme c’est le cas à chaque nouveau mandat. Il a également été question de la création d’une commission ad hoc pour la mise en conformité des statuts, un des chantiers prioritaires de l’organisation patronale. Il a probablement été longuement question de la fédération PME-PMI qui devait théoriquement élire son président le 26 septembre mais qui n’a pu le faire faute de candidat (www.leconomiste.com). Le problème pourrait être beaucoup plus sérieux qu’il ne paraît. La CGEM traverserait-elle une crise de représentation? En tout cas, c’est surtout sur les propositions fiscales pour le budget 2007 que le président Elalamy est le plus attendu. Les doléances patronales seront-elles, pour la prochaine loi de finances, différentes de celles des précédentes années? Tout porte à croire que non. Plusieurs décideurs des milieux d’affaires pensent en tout cas que la situation est restée quasiment inchangée par rapport aux précédentes années et qu’il est par conséquent prévisible que le «cahier revendicatif du patronat» réclame les mêmes changements, notamment fiscaux. D’autres vont plus loin en se demandant, en définitive, «ce que pèse la CGEM face au gouvernement». Allusion est ici faite aux demandes des années précédentes restées sans réponse. Une chose est sûre cependant, le gouvernement compte faire des concessions sur l’impôt sur le revenu après deux reports (promis pour 2005, puis pour 2006).La problématique de la mise à niveau de l’entreprise marocaine reste entière. Sur ce chapitre, Moulay Hafid Elalamy et sa nouvelle équipe sont également attendus.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc