×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Centres d’appels: Jettou donne un coup de pouce

Par L'Economiste | Edition N°:1558 Le 10/07/2003 | Partager

. Nouveau cadre d’encouragement en faveur de cette niche de développement. Trois conventions d’investissement de 2,9 milliards de DH signées . Un centre de conception et de production de design électroniques avec 500 ingénieurs bientôt à Rabat Le Premier ministre a présidé hier la signature de trois conventions d’investissement pour un montant global de 2,9 milliards de DH. La première concerne le projet de Tahaddart qui nécessite un investissement de 2,608 milliards de DH. Il s’agit de la production d’électricité à partir du gaz naturel via la centrale à cycle combiné de Tahaddart dans le nord. Le projet emploiera 35 personnes stables et entre 500 et 600 temporaires. Dans le tour de table, on retrouve l’ONE, qui détient 48% du capital, l’Espagnol Endesa 32% et l’Allemand Siemens 20%.La deuxième convention concerne Eurinvest, un projet de distribution de matériels de bricolage. En fait, il s’agit de développer au Maroc l’enseigne française Bricorama en implantant des grandes surfaces dédiées aux amateurs de bricolage. Le premier magasin ouvrira ses portes en septembre à Casablanca. 200 millions de DH seront investis dans ce projet qui créera 300 emplois. La dernière convention d’investissement porte sur un projet de STMicroélectronics. Il s’agit de mettre en place un centre de conception et de production de design électroniques. Le centre devra employer 500 ingénieurs et techniciens. L’investissement s’élève à 100 millions de DH. En fait, il s’agit d’un mémorandum d’entente puisque l’opérateur ne demande pas d’avantage que celui de disposer d’un terrain d’une superficie de 2,7 ha situé à Madinat Al Irfane, au coeur des facultés et des grandes écoles de Rabat. Rappelons que ces trois projets ont été validés lors de la dernière commission des investissements tenue il y a une quinzaine de jours.Il est incontestable que des créneaux commencent à s’essouffler. Le gouvernement mise sur de nouveaux secteurs jugés porteurs. Il s’agit de l’industrie aéronautique, du cinéma et les nouveaux centres d’appels. Sur ce dernier registre, le Premier ministre a tenu une réunion de travail avec plusieurs ministres: Fathallah Oualalou, Abderrazak El Mossadeq, en charge des Affaires économiques, Rachid Talbi, ministre du Commerce, de l’Industrie et des Télécommunications et Saïd Oulbacha, secrétaire d’Etat à la formation professionnelle. Etaient présents également Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom, Hassan Bernoussi, directeur des Investissements et un représentant de Mustapha Bakkoury, DG de la CDG. Cette rencontre au sommet visait à statuer sur le nouveau cadre d’encouragement à mettre en place en faveur des centres d’appels. Des décisions ont été prises. Ainsi, le gouvernement interviendra sur trois niveaux, dont l’un concerne les infrastructures d’accueil. Dans les trois prochains mois, un centre d’appels-relais sera mis en place. Objectif: recevoir les opérateurs marocains et étrangers pendant une période déterminée qui leur donne la possibilité d’opérer en attendant de s’installer définitivement dans leur propre site, précise Hassan Bernoussi, directeur des investissements. Le centre sera situé autour du Technoparc de Casablanca, avec 8 plateaux équipés, loués aux opérateurs. Il dispensera une formation adaptée aux besoins des locataires. Le coût initial de l’opération est estimé à 25 millions de DH. . Qualité et fiabilité Le deuxième niveau d’intervention du gouvernement porte sur les infrastructures télécoms. Sur ce chapitre, le gouvernement offrira une réduction de 25% sur la ligne spécialisée au profit de tout projet dont le nombre d’emplois créés dépasse 200 postes. Le gouvernement s’est également engagé sur la qualité et la fiabilité de la ligne spécialisée.Il est à rappeler que Maroc Telecom souffre du détournement du trafic international (départ ou arrivée) par des opérateurs clandestins sans licence. Ce détournement cause d’importantes pertes à l’entreprise, estimées à 20 millions de minutes de trafic international détournées chaque mois. Le manque à gagner pour Maroc Telecom est évalué à 660 millions de DH par an. D’ailleurs, des sociétés ont été condamnées et d’autres dossiers sont devant la Justice.Sur ce registre, Bernoussi tient à rassurer. Pour lui, les opérateurs qui bénéficieront de ces avantages sont connus de la place, ont un label et ne pourront pas s’évaporer du jour en lendemain.Dernier niveau d’intervention, la formation. L’Etat prendra en charge la formation-insertion et la formation continue pendant une période contractuelle entre l’investisseur et l’Office de formation professionnelle.


L’Onix pour la promotion du Maroc à l’étranger

L’idée de créer une structure unique pour promouvoir le Maroc à l’étranger fait son chemin. L’Office national pour la promotion des investissements et des exportations (ONIX) sera un établissement public. Le premier rapport du cabinet Ernest & Young sur la faisabilité du regroupement CMPE et la direction des Investissements a été soumis au Premier ministre. A la rentrée, ce rapport sera remis aux secteurs privé et public pour appréciation avant de le mettre dans le circuit des Conseils de Gouvernement, des ministres et du Parlement.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc