×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Centrale électro-nucléaire: Les études de faisabilité bientôt achevées

Par L'Economiste | Edition N°:32 Le 04/06/1992 | Partager

De par sa situation de dépendance énergétique chiffrée à environ 90% de ses besoins en énergie électrique, le Maroc a entamé depuis Juin 1984 des études de sites et de faisabilité pour la création d'une première centrale électro-nucléaire. Avec la construction prochaine du Centre d'Etudes Nucléaires du CNESTEN et de l'intérêt particulier que portent les organismes nationaux à ces techniques, une structure consultative de coordination devrait prochainement être mise en place. Il s'agit du Conseil National de l'Energie Nucléaire.

Entamées depuis Juin 1984, les études pour la mise en place d'une centrale nucléaire se sont imposées de par la situation de dépendance énergétique du Maroc. Des études prévisionnelles, des besoins en énergie électrique réalisées par le Ministère de l'Energie et des Mines, indiquent un doublement de la consommation tous les dix ans. Ainsi les besoins en énergie électrique se chiffreraient à 18 milliards de KWH en l'an 2000, 25 milliards de KWH en 2005 et 28 milliards de KWH en 2010. Or d'après l'état actuel des connaissances des ressources en énergie primaire, le potentiel maximal mobilisable techniquement et économiquement pour la production d'électricité, à partir de l'hydraulique et du charbon de Jerrada, ne dépasse pas 6-7 milliards de KWH. Seulement 20% des besoins en énergie électrique seraient produit localement, en moyenne.

Le déficit à couvrir en 2010 devrait être de l'ordre de 22 milliards de KWH.
A l'heure où le fuel devient moins compétitif pour la production d'électricité, par rapport à d'autres sources d'énergie (charbon), où l'option charbon risque de se heurter à long terme à un certain nombre de problèmes (approvisionnement impact sur l'environnement...) la solution nucléaire devrait permettre de valoriser les ressources en uranium contenues dans les phosphates.
C'est ainsi qu'en 1984, l'Office National de l'Electricité (ONE) a lancé en collaboration avec une société française, SOFRATOME, le programme des études de choix de site et de faisabilité technico-économique pour la réalisation de la première Centrale Electro-Nucléaire du Maroc.

Eau lourde ou légère

Les études de site entreprises jusqu'à présent ont abouti au choix de la zone de Sidi Boulbra, située sur la côte atlantique à mi-distance entre Safi et Essaouira. Pour respecter les normes de sûreté des sites d'implantation des installations nucléaires, le site de Sidi Boulbra fait actuellement l'objet d'investigations approfondies sur le plan de la géologie, de la sismicité de l'hydrologie et de l'environnement marin et terrestre.

Les études de faisabilité technico-économique qui devraient être achevées cette année, ont pour but de préparer les éléments de prise de décision pour la réalisation du projet électro-nucléaire. Outre le dossier d'appel d'offres, ces études devraient préciser le choix de la filière (filière eau lourde ou filière eau légère), la taille du réacteur, des ressources financières et humaines à mobiliser et la rentabilité du projet. Actuellement l'état d'avancement de ces études indique que la période de mise en service d'une unité nucléaire pour la production d'énergie électrique se situera entre 2005-2010.
Cependant, à cette échéance, la compétitivité économique du coût du KWH d'origine nucléaire, par rapport aux autres sources classiques telles que le charbon, ne pourrait être raisonnablement estimée en raison des fluctuations du coût du combustible (charbon et nucléaire).

Dans la perspective de l'introduction de l'électro-nucléaire au Maroc, un Centre National de l'Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN) a été créé en 1986. Il sera doté d'un réacteur nucléaire de recherche, type Triga Mark II et de puissance 1,5 Mégawath commandé à la société américaine General Atomics.

Protection radiologique

Ce centre permettra de promouvoir l'utilisation des techniques nucléaires dans les secteurs vitaux de l'économie nationale, de développer la recherche autour du réacteur et de former le personnel scientifique et technique pour les besoins du programme électro-nucléaire. Ce dernier volet suppose une implication active des chercheurs marocains pour un "réel transfert de technologie".
Les études de site et d'aménagement du CNESTEN, menées par la société suisse "Electrowatt" ont abouti à la localisation d'un site à la forêt de la Maâmora, près de Sidi Bouknadel.

Ce site fait actuellement l'objet d'études et travaux de reconnaissance nécessaires à sa qualification.
L'étude d'aménagement du Centre est en cours d'achèvement. Sa construction est prévue au début de l'année prochaine.
Parallèlement à la création du CNESTEN, le Ministère de l'Energie et des Mines, en liaison avec les départements et organismes nationaux concernés, procède à l'élaboration des textes réglementaires de base en matière d'énergie nucléaire.
Ces textes sont fondés sur les principes des conventions et accords internationaux spécifiques auxquels le Maroc a souscrit, ainsi que sur les normes de sûreté nucléaire et de protection radiologique adoptées par les organismes internationaux spécialisés (AIEA, OMS...).

Ces textes réglementaires concernent en particulier: la protection contre les rayonnements ionisants, l'autorisation et le contrôle des installations nucléaires, le transport des matières radio-actives, la protection physique des matières nucléaires, la responsabilité civile en cas de dommage nucléaire et le plan d'intervention d'urgence en cas d'accident radiologique. L'élaboration d'une réglementation stricte s'impose pour éviter des accidents comme ceux de Tchernobyl.
A côté de cette réglementation, un Conseil de l'Energie Nucléaire devrait prochainement être créé. Approuvé au Conseil du Gouvernement en Avril 1992, le projet de décret portant création du CNEN sera soumis au prochain Conseil des Ministres. Il aura pour tâche essentielle de coordonner l'action des divers intervenants au niveau des utilisateurs potentiels de l'énergie nucléaire. Le CNEN sera présidé par le Premier Ministre. Sur le plan opérationnel, le Conseil comporte trois commissions permanentes composées de représentants des départements concernés. Ces commissions sont: la Commission de Coordination des Activités Nucléaires, la Commission de la Réglementation Nucléaire et la Commission chargée des Programmes de Coopération Internationale.

Par ailleurs la complexité de la technologie nucléaire et l'importance des moyens humains, industriels et financiers nécessaires à la réalisation d'un programme nucléaire conduisent à étudier l'expérience déjà engagée dans le nucléaire et à collaborer avec les organismes internationaux spécialisés dans ce domaine. Il s'agit de coopérer avec des organismes spécialisés comme l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) ou le CEA Français. Ce volet est important en matière de formation, de transfert de technologie et de développement de l'utilisation des techniques nucléaires au Maroc.

Adil LAZRAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc