×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    «Ce qui se passe au Maroc est évolutionnaire»
    Entretien avec Samuel Kaplan, ambassadeur des Etats-Unis au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:3504 Le 08/04/2011 | Partager
    La façon avec laquelle est gouverné le Royaume va changer
    Le programme Millennium Challenge au Maroc, finalisé d’ici 2013

    Pour Samuel Kaplan, «le plus significatif est de renforcer le concept du choix du Premier ministre du parti ayant le plus grand nombre de sièges au Parlement

    L'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc, Samuel Kaplan, est partout. En visite à Fès, le diplomate américain s’était rendu, avec son épouse, au Foundouk américain (hôpital des animaux), puis au Palais des congrès où il a rencontré le wali de la région, avant qu’il n’assiste à la conférence de presse ayant suivi la sélection du vainqueur au concours d’architecture pour réhabiliter la place Lalla Yeddouna (www.leconomiste.com). Bref, un planning chargé et une sécurité renforcée pour le passage de Kaplan à Fès. Dans cet entretien, il évoque l’appui de son pays au Maroc dans le cadre des projets du MCC et réagit également par rapport à l’actualité marocaine et le «Mouvement du 20 février»…

    - L’Economiste: Votre pays appuie le Royaume via le Millennium Challenge Corporation (MCC). Toutefois, on constate que la phase des études a pris beaucoup de temps notamment pour le projet de la réhabilitation de la place Lalla Yeddouna à Fès.

    - Samuel Kaplan
    : Particulièrement pour ce projet, le processus de concrétisation va enfin commencer. C’est un processus qui est parti doucement parce qu’il y a eu un engagement pour adopter une approche démocratique pour la sélection des candidats, de façon anonyme, lors d’un concours international d’architecte. Je rappelle que 90 pays ont participé à cette sélection. Nous avons dernièrement analysé et sélectionné, avec prudence, une seule proposition pour mener le projet. Le processus de sélection a pris du temps. L’objectif est de choisir le projet approprié qui apportera une meilleure plus-value à la médina de Fès. Ceci met en valeur la relation existante entre le MCC et l’Agence du partenariat pour le progrès (APP). Je pense que tout va pour le mieux. On doit bouger pour que ce projet soit réalisé dans les plus brefs délais. A noter que le programme MCC au Maroc doit être finalisé d’ici 2013.

    - En tant que partenaire du Maroc, quelle lecture faites-vous des doléances du «Mouvement du 20 février»?

    - Je crois que ce qui se passe au Maroc est évolutionnaire. D’autres personnes diront même qu’il est révolutionnaire. Tout simplement parce qu’il y aura des changements formels dans la manière avec laquelle la population marocaine est gouvernée. Je pense que ce qu’a proposé SM le Roi le 9 mars dernier aidera le Maroc d’aller de l’avant. Visionnaire, le Souverain était clair dans le traitement des demandes, requêtes et commentaires des gens qui ont protesté le 20 février. Il a traité aussi de la régionalisation, des réformes judiciaires, de la corruption, des questions relatives aux partis politiques… A mon avis, tout cela va changer la façon avec laquelle le gouvernement du Maroc fonctionne. Mais le plus significatif est de renforcer le concept du choix du Premier ministre du parti ayant le plus grand nombre de sièges au Parlement. Ce qui signifie que SM le Roi a délégué cette responsabilité au peuple du Maroc.

    - Et pour le reste des portefeuilles, dont certains connaissent parfois des remaniements…

    - Les changements qui s’opèrent de temps en temps sont généralement de bonne santé. Ils sont décidés par SM quand il veut réajuster les ministères de souveraineté et quand le gouvernement fait lui-même des propositions de changement pour insuffler une nouvelle dynamique dans d’autres portefeuilles ministériels.

    - Les marches populaires peuvent connaître des débordements si elles ne sont pas encadrées. Comment peut-on donc lutter contre les dérapages?

    - Je pense que c’est important pour chaque communauté de décider comment elle conteste mais dans les limites qu’elle s’autorise et de s’assurer que les populations des villes sont en sécurité. Je crois que les citoyens devrait manifester de manière pacifique et ne devrait pas s’engager dans des actes de violences.


    91 millions de dollars pour Fès


    L’ambassadeur des Etats-Unis au Maroc a effectué une visite au Foundouk américain de Fès et a inauguré la cérémonie d’annonce du gagnant de la compétition MCC pour la réhabilitation de la place Lalla Yeddouna. Initié dans le cadre de la mise en œuvre du projet Artisanat et médina de Fès du programme MCA-Maroc, ce projet «Fès médina» est financé par MCC. Il est doté d’une enveloppe de 91 millions de dollars, de quoi booster la croissance économique à Fès en misant sur les liens entre le secteur de l’artisanat et le tourisme et l’augmentation de la valeur des ressources culturelles, historiques et architecturales de la médina de Fès. Notons que la composante du projet «Fès médina» s’estime à un investissement d’environ 42 millions de dollars, consiste à la réhabilitation ou la construction de plusieurs sites le long des routes Fès médina.


    Propos recueillis par
    Youness SAAD ALAMI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc