×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Ce que gagne Marrakech durant le festival du cinéma

Par L'Economiste | Edition N°:1902 Le 24/11/2004 | Partager

. Un coup de promo pour le pays. La nouvelle équipe devra faire ses preuves lors de cette 4e éditionConçu au départ et par la volonté royale pour faire de Marrakech une ville de cinéma, le Festival du Cinéma de Marrakech aura connu son lot de débâcles au niveau organisationnel tout au long des éditions précédentes. Il faut dire que les conjonctures au cours desquelles cette manifestation a été lancée n’étaient pas favorables, à laquelle s’ajoutera la mort de l’un de ses fondateurs, Toscan Du Plantier. Plus tard, d’aucuns ne pariaient plus sur la poursuite de cette manifestation. Il n’en sera rien même si les précédentes éditions ont dû subir de plein fouet les conséquences du 11 septembre en 2001 par exemple, qui n’ont pas permis à la deuxième édition d’être au meilleur de sa forme. Aujourd’hui, nous en sommes loin. C’est une toute nouvelle équipe nommée par le Souverain qui suit de très près ce festival. Norreddine Sail n’est plus à présenter! Aujourd’hui directeur du CCM, vice-président de la fondation chargé de l’organisation du festival et à ses côtés un autre ténor marocain, Fayçal Lahraichi, DG de la RTM. A eux deux parviendraient-ils à continuer la lancée de ce festival après la mort de Du Plantier? Côté star, le 4e Festival de Marrakech aura son lot, par la force des choses. Heureusement que Marrakech est une ville magique qui attire encore toutes les VIP, notamment dans la Mamounia qui au passage a reporté ses travaux de réfection à fin décembre, justement pour le festival. En dehors de ce palace, tous ceux et celles qui évoluent dans le monde du show-biz et qui ont acquis leurs demeures sur place trouvent en ce festival l’occasion de se revoir. Car, les têtes d’affiche comptent dans un festival de cinéma presque autant que les films qui y sont programmés. Et bien qu’ils ne le reconnaissent pas, les organisateurs cherchent ainsi à avoir leurs têtes vendeuses du style Youssef Chahine ou encore… Sean Connery. Plus que des stars, ce qu’apporte le festival est une notoriété pour Marrakech. La dernière édition a eu des retombées directes extraordinaires, il faut le dire, grâce à des émissions entières consacrées sur les chaînes européennes à la ville ocre, au festival, aux gens… Bref, une campagne publicitaire gratuite “qui aurait coûté 100 fois plus que le coût du festival”, avait indiqué Mélita Toscan Du Plantier, qui a repris le flambeau après le décès de son mari.  Le budget du 3e festival a été porté à 3 millions d’euros (30 millions de DH environ), sans inclure des prestations en nature de quelques partenaires de la manifestation. Celui de la 4e édition n’est pas encore connu. En mûrissant, le Festival devient plus professionnel en logistique dont une bonne partie est confiée aujourd’hui aux Marocains. Plus même, un effort de formation est fourni, avec le recrutement de jeunes étudiants intéressés par le cinéma et qui assisteront les professionnels (techniques, artistiques) dans leur travail.  Côté business, toutes les infrastructures de la ville devraient être sollicitées en commençant par Le Palais des Congrès. Il sera réservé aux professionnels internationaux et marocains. Ceux-ci pourront y découvrir la compétition. A l’intérieur, deux salles projetteront les films. Et à l’extérieur, les rares salles comme Saada, le Colisée sont mises à contribution. Mais la nouveauté sera à la Place Jemaa El Fna où un écran géant proposera au public des films en compétition ou hors compétition.Ainsi, la compétition repassera par exemple au Colisée, les films du soir au Colisée et Place Jemaa El Fna, les films indiens et le Panorama du Cinéma marocain au Rif et au Saada, indiquent les responsables de programmation.


 
Compétition

La compétition sera le phare de la manifestation, fédérant les enjeux artistiques du festival. Elle comprendra 14 films internationaux (représentant l’Europe, les Etats-Unis, l’Amérique du Sud, le Maghreb, l’Afrique, l’Océanie, le Monde arabe…), cherchant à découvrir des talents et confirmer des auteurs. Certains films sont inédits. Les organisateurs tiennent à souligner que les critères de sélection sont cinématographiques et non pas géopolitiques”.C’est Sir Alan Parker qui sera le président du jury de la 4e édition. Par ailleurs, des hommages seront rendus à Claudia Cardinale, Sean Connery et Youssef Chahine avec 5 films pour chaque hommage.Au programme également, un Panorama du cinéma marocain des 4 dernières années, où seront ainsi présentés pas moins de 20 films.Le cinéma indien et plus particulièrement le cinéma dit de “Bollywood” sera à l’honneur avec une sélection de 10 films représentant les incontournables du genre des 40 dernières années.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc