×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Sidi Moumen se dote d’un centre social

Par L'Economiste | Edition N°:2299 Le 16/06/2006 | Partager

. Culture, activités ludiques et formation au programmeLe quartier Sidi Moumen est souvent associé à la précarité, à la criminalité et même, depuis un certain 16 mai, au terrorisme. Dire que c’est une zone «défavorisée» relève de l’euphémisme, vu la situation sur le terrain. C’est tout simplement un quartier «oublié des Dieux»: Bidonvilles, enfants non scolarisés, chômage, pauvreté… Tous les fléaux sociaux existent. L’attention subite dont il bénéficie depuis 2003 a révélé la nécessité d’une mise à niveau fondamentale. En attendant et pour sauver les meubles, quelques initiatives viennent au secours de sa population. Ainsi, la Fondation Orient Occident a donné la priorité à Sidi Moumen pour la création de son premier centre socioprofessionnel à Casablanca. Et il faut dire que l’idée a emballé un bon nombre de partenaires publics et privés qui n’ont pas hésité à apporter leur soutien au projet. Concrètement, il s’agit d’un espace multidisciplinaire qui s’étend sur une superficie de 800 m2 offerte par l’arrondissement de Sidi Moumen. Il offre une infrastructure variée: un concept original selon lequel chaque partenaire équipe une partie du centre. Aussi, les ambassades du Canada et d’Allemagne ont respectivement financé les créations d’une ludothèque et d’une structure d’alphabétisation numérique. Les groupes Richbond et Siemens ont, eux contribué à l’équipement du centre. Le budget de fonctionnement sera alimenté par la Commune de Casablanca et le groupe Saham. L’enveloppe s’élève à 4 millions de DH. Le centre de Sidi Moumen comprend également une salle d’écoute tenue par des équipes de psychologues. L’espace est ouvert à tous les adhérents. C’est un plus dont dispose le centre contrairement aux deux autres créés par la Fondation à Rabat et à Oujda. La réussite du concept pousse toutefois les responsables à envisager la généralisation de cette démarche. Seulement trois semaines après son ouverture, le centre a déjà enregistré 1500 inscriptions. Ce qui prouve l’importance de la demande mais surtout le manque d’infrastructures.La force d’un tel projet réside, en outre, dans l’encadrement des jeunes par des professionnels. Ces derniers peuvent même être choisis parmi le personnel communal après avoir suivi la formation adéquate.En termes de formation qualifiante, le centre offre deux possibilité. La première a été rendue possible grâce à la contribution de la deuxième chaîne nationale 2M qui a créé et équipé un studio. Les professionnels de la chaîne y assureront des cours au profit de 25 jeunes chaque année. Les société ST micro Electronic et Cisco Systems prennent pour leur part en charge une formation pointue en informatique qui permettra l’intégration directe des bénéficiaires dans le marché du travail.Ichrak Moubsit

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc