×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca: Le tramway détourné vers la corniche de Aïn Diab

Par L'Economiste | Edition N°:3503 Le 07/04/2011 | Partager
Il ne passera plus par le boulevard Afghanistan
De nouvelles contraintes apparaissent

Maquette du futur tramway de Casablanca (boulevard Hassan II près de la wilaya). Il circulera de 5h30 à 22h00 du lundi au vendredi et jusqu’à 23h30 les week-ends (Source: Casa Transport)

Changement d’itinéraire. Deux ans après le lancement des travaux de réalisation, le tramway de Casablanca change de tracé. La décision vient d’être prise par Casa Transport, maître d’ouvrage du projet, en concertation avec le Conseil de la ville, la wilaya et l’arrondissement concerné.
Le problème se pose au niveau du boulevard Afghanistan, situé à Hay Hassani. «Ce boulevard est très étroit, regroupe beaucoup de marchés et connaît des arrêts fréquents de grands taxis», avance Youssef Draiss, directeur général de Casa Transport. Le futur tramway desservira le quartier Hay Hassani, mais ne passera pas par le boulevard Afghanistan. Son tracé sera ainsi dévié pour prendre fin à 400 m de la corniche d’Aïn Diab. L’itinéraire gardera toutefois sa distance initiale qui est de 30 km.
Pour l’heure, le chantier avance avec la pose des premiers rails sur plusieurs tronçons. Ces travaux entrent dans le cadre de la deuxième phase du projet. Lancée en octobre 2010, cette étape consiste à construire la plateforme du tramway, poser les rails et réaliser les aménagements de façade à façade et de la voirie en redistribuant l’espace disponible entre trottoirs, pistes cyclables, stationnement, voies de circulation et espaces verts. Aujourd’hui, ces travaux sont en cours de réalisation au niveau de Sidi Moumen, Hay Mohammadi, centre-ville, quartier des Hôpitaux, nouvelle ville de Casa-Anfa et du rond-point Bachkou. La première soudure «aluminothermique» des rails a été réalisée mardi dernier par le groupement franco-marocain Colas Rail- LRM-Urbis et GTR. Ce sont au total 7.550 soudures qui sont à réaliser tout le long de la première ligne du tramway.
Aussi, une organisation particulière a été adoptée par le maître d’ouvrage afin de minimiser les gênes dues au chantier et assurer le déplacement normal des riverains et des automobilistes. Dans ce sens, il a été décidé de dissocier les travaux de construction de la plateforme des travaux d’aménagement de façade à façade. «Il s’agit de terminer la réalisation de la plateforme sur un tronçon donné avant d’entamer les autres travaux et inversement», explique Draiss. Et d’ajouter que «cette organisation permettra de garder sans l’interrompre la circulation des voitures dans les deux sens ainsi que l’accès aux habitations et aux commerces».
Dans le même souci, Casa Transport a préféré laisser l’aménagement des carrefours en dernier lieu. Ce qui entraînera des charges supplémentaires. La réalisation des travaux au niveau des carrefours traversés par le tramway coûtera plus chèr par rapport aux autres tronçons. Il sera, en effet, procédé à la pose de plateformes préfabriquées.
Par ailleurs, les travaux avancent bon train sur le site du centre de maintenance du tramway. Prévu à Sidi Moumen, ce dernier se prépare déjà à accueillir la première rame devant être livrée en décembre 2011. Le tramway circulera à une vitesse commerciale moyenne de 20 km/h. La durée de son parcours est estimée à 50 minutes de terminus (Sidi Moumen) à terminus (Aïn Diab). Aussi, il sera en service de 5h30 à 22h00, du lundi au vendredi et jusqu’à 23h30 les week-ends.
Volet sensibilisation, les équipes de Casa Transport viennent de démarrer leur campagne au niveau des boulevards Abdelmoumen, Hassan II et Mohammed V en procédant à la distribution de flyers informant les citoyens de l’état d’avancement des travaux, des mesures à prendre et des déviations possibles. Un numéro de téléphone économique (080 100 1004) est désormais mis à leur disposition pour plus d’informations.


Chevaucher les rails?


Le dispositif signalétique accompagnant la mise en place du tramway prévoit de nombreuses mesures pour garantir la sécurité des usagers, piétons et automobilistes. Ainsi, le temps de traversée accordé aux piétons est bien calculé pour davantage de sécurité. La priorité sera donnée dans 75% des cas au tramway. Un système de feux tricolores avertira les usagers et automobilistes de l’approche d’un tramway en station. La plateforme sera, quant à elle, surélevée pour plus de sécurité. Au niveau des boulevards dotés d’une seule voie à double sens comme le boulevard Mohammed V ou Ba Hmad, la voie ferrée où circulera le tramway sera chevauchable. C’est-à-dire qu’en cas d’urgence ou de panne, les automobilistes pourraient emprunter la voie ferrée afin de ne pas bloquer la circulation puisqu’il n’y aura qu’une seule voie à double sens. Dans ce cas, le tramway sera inséré de manière latérale et non pas axiale.


Il n’est pas si facile…


Des points potentiellement problématiques ont été soulevés par Casa Transport, maître d’ouvrage du projet du tramway. A commencer par la contrainte «hôtel Lincoln». Décidément, les travaux de renforcement de la façade délabrée de cet hôtel ne sont pas pour demain. Il semblerait qu’aucune entreprise n’aurait manifesté son intérêt pour cette vieille bâtisse. Toutefois, Casa Transport s’est engagée à livrer la première ligne du tramway le 12/12/2012. Donc, il n’y a plus de temps à perdre. Aussi, l’entreprise a décidé de construire avec des matériaux spécifiques un mur qui entourera l’hôtel Lincoln et d’en prendre le coût à sa charge. L’objectif est de pouvoir protéger la bâtisse et entamer, en juin prochain, les travaux de déviation de réseaux sur les 200 m bloqués sur le boulevard Mohammed V.
Le tramway desservira aussi le boulevard Mohammed Zerktouni. Il devra passer au dessus de la trémie de Zerktouni. Ce qui pose une deuxième contrainte au maître d’ouvrage. Ce dernier devrait réaliser une plateforme assez mince avec des techniques très fines. Autre problématique. Casa Transport avait lancé un appel d’offres relatif à la construction de deux trémies qui sont en principe à la charge du Conseil de la ville. Il s’agit de deux projets qui remontent à 2006 et qui devaient voir le jour au niveau du boulevard de la Résistance (rond-point Dakar) et du boulevard Abderrahim Bouabid (ex-Jerada) pour des montants d’investissement respectifs de 140 et 80 millions de DH.
Après plusieurs réunions avec les responsables de la ville, Casa Transport a décidé d’entreprendre elle-même la réalisation d’ouvrages portiques (sur 7 mètres de longueur pour chaque trémie) afin de permettre le passage du tramway, au niveau de la jonction des boulevards de la Résistance et Mohammed V (1re trémie) et entre le boulevard Jrada et l’Oasis (2e trémie).
Le marché vient tout juste d’être adjugé à la société GTR pour un montant d’investissement de 6 millions de DH (HT) et pour une durée de travaux d’environ 8 mois, à compter de fin avril 2011. Il s’agit de réaliser un ouvrage sur pieux permettant de poursuivre le chantier du tramway.


Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc