×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Casablanca: Le Rotary Club s’allie aux Bonnes œuvres du cœur

Par L'Economiste | Edition N°:2740 Le 24/03/2008 | Partager

. Une collecte de fonds prévue le 4 avril. Chaque jour, 6 à 8 enfants meurent par manque de moyens Initiative à encourager. Le Rotary Club de Casablanca Atlantic organise, le 4 avril, une soirée de bienfaisance sous le thème «Le printemps des cœurs», au profit de l’institut humanitaire cardio-pédiatrique, «Les Bonnes œuvres du cœur». Les fonds collectés permettront de sauver 20 enfants, démunis, atteints de maladies cardiaques. Pour l’occasion, de grandes stars nationales ont répondu à l’invitation, notamment Abdelhadi Belkhayat, Abderrahim Souiri. «Les sponsors sont aussi nombreux et la plupart des tables sont déjà réservées», se félicite Abdelkrim Benomar, membre du Rotary Club. L’association Les Bonnes œuvres du cœur présente des chiffres alarmants. Chaque jour, 6 à 8 enfants souffrant de malformations cardiaques meurent par manque de moyens. Chaque année, 10.000 nouveaux cas de cardiopathies nécessitant une intervention chirurgicale sont recensés, dont près de 2.500 enfants. Une intervention onéreuse et seulement 10% de la population a les moyens de se faire opérer. A noter qu’une opération à «cœur ouvert» nécessite pas moins de 100.000 DH. Le consommable utilisé représente plus de 50% des frais. Un coût dont les taxes représentent parfois 60 à 70%. «Taxes que nous devons régler malgré notre statut d’utilité publique», martèle Saïd Ejjennane, président de l’association. Par ailleurs, les cardio-pédiatres sont très rares au Maroc. On en compte 10 à travers tout le pays. Les chirurgiens cardio-pédiatres sont au nombre de 3 pour prendre en charge les nouveaux cas annuels. Mais ce n’est pas ce qui inquiète l’association, du moins pour l’instant. «Notre premier combat est d’annuler les taxes sur le consommable utilisé pour opérer les cardiaques démunis. Sans ces taxes, nous pourrions sauver plus d’enfants», regrette Ejjennane. Aziz EL YAAKOUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc