×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Le budget de la mairie est fin prêt

Par L'Economiste | Edition N°:1885 Le 28/10/2004 | Partager

. Il sera examiné en séance plénière demainLe Conseil de la ville de Casablanca prépare sa session d’octobre. Celle-ci se tiendra demain vendredi. Les commissions, principaux organes de travail de la commune, se sont attelées à l’examen des points à l’ordre du jour dès jeudi 21 octobre. Le projet du budget a volé la vedette aux autres points (budget annexe des abattoirs, la gestion de la halle aux poissons…). Mais les membres des commissions n’étaient pas satisfaits du déroulement des travaux. Ils se sont insurgés contre le retard pris dans l’examen de «la loi de finances» de la capitale économique. Ils n’ont été convoqués que tardivement. Du coup, ils n’ont pas eu suffisamment de temps pour pouvoir éplucher le budget. Ils partent également en guerre contre l’absence de textes explicatifs. Ceux-ci devraient normalement accompagner le budget, en commenter et en expliquer certains traits. C’est même la raison pour laquelle les membres de l’USFP se sont retirés des réunions de la commission du budget. Pour ce qui est du retard, Ahmed Ammouri (président de la Commission du budget), Nourredine Berkaa (5e vice-président) et le Secrétaire général de la commune urbaine en ont imputé la responsabilité à la circulaire du ministère de l’Intérieur. Certes, les services de la commune ont déjà préparé une première mouture du budget, mais ils ne peuvent la finaliser qu’en tenant compte des orientations de la circulaire. Celle-ci constitue la plate-forme qui devrait servir de guide pour la préparation du budget des collectivités locales. Mais elle n’a débarqué que le 12 octobre. Conséquence: retard dans l’examen du budget par les commissions et retard dans la tenue de la session.Pour pouvoir rattraper ce retard, les réunions des commissions ont été programmées d’une manière très serrée. Les 15 commissions ont dû tenir leurs séances entre les 21 et 25 octobre, soit dans un intervalle de 5 jours. Normalement, chaque commission doit se réunir en tête à tête avec celle du budget pour pouvoir discuter tranquillement des dotations qui sont affectées au secteur dont elle est responsable. Manque de temps oblige, plusieurs commissions se réunissent en même temps, autour d’une même table. Résultat: un travail à la va-vite. Autre contrainte: le ministère de l’Intérieur a imposé le 15 novembre comme dernier délai pour déposer le projet de budget pour approbation de la tutelle. Les membres des commissions ont formulé maintes observations et recommandations à l’égard du budget communal casablancais. Certains ont par exemple proposé de revoir à la baisse les indemnités des membres du bureau, les frais de missions pour fonctionnaires. Les sommes ainsi dégagées seront affectées à des rubriques maigres et qui en ont le plus besoin, principalement les volets culturel, social et sportif. En général, chaque commission voulait avoir plus d’argent pour les domaines dont elle est en charge. Même chose pour les directions, divisions et services de la commune. Ils veulent tous un peu plus.


Indemnités

Estimé à 2 milliards de DH, le budget est précisément un budget prévisionnel de fonctionnement dont 50% sont absorbés par les salaires des fonctionnaires de la commune. L’autre moitié est consacrée à l’indemnisation des sociétés de ramassage des ordures et autres rubriques de fonctionnement (électricité, téléphone, loyer des locaux, gasoil, etc.). S’agissant du budget de l’équipement, celui-ci ne sera préparé qu’en février, après connaissance de l’excédent budgétaire de l’année en cours. Pour ce qui est des indemnités des membres du bureau de la commune et des bureaux des arrondissements, un décret est en préparation. Le critère de base est, selon des élus, le nombre de la population de l’arrondissement. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc