×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Casablanca: La corniche sera-t-elle prête pour l’été?

    Par L'Economiste | Edition N°:2922 Le 17/12/2008 | Partager

    . Les citoyens exaspérés par les désagréments. Le chantier avance pourtant bien. Fin des travaux sur le boulevard Biarritz en janvierBientôt les boulevards de la Corniche et de Biarritz auront un autre visage. Tout au bonheur des populations de la capitale économique. C’est vrai qu’ils ont longtemps attendu le réaménagement tant promis.La mise à niveau de cette zone se concrétise progressivement. Cependant, cela ne rassure pas les citoyens qui commencent à exprimer leur forte inquiétude, les travaux leur semblant avancer «à petits pas», surtout du côté de la corniche. En effet, la plupart des Casablancais s’interrogent sur le respect du délai prévu pour l’achèvement de ce grand chantier. Aussi, une question se pose avec acuité: la corniche sera-t-elle prête pour accueillir la prochaine saison estivale? Abdelkhalek Noureddine, chef du projet et du service voirie au sein du Conseil de la ville, rassure: «tous les travaux seront achevés en mai 2009 pour livrer, enfin, une corniche digne de la métropole et à la hauteur de toutes les attentes». «On a réalisé environ 25% des travaux au niveau du boulevard de la Corniche», ajoute le responsable. En effet, «les travaux d’infrastructures souterraines sont en cours, ils doivent s’achever vers la fin de ce mois pour pouvoir entamer les travaux de surface (revêtement des trottoirs, pose des poteaux et entretien de la chaussée)». A noter que ce sont quelque huit sociétés, à savoir trois laboratoires de contrôle et d’essai, un bureau d’études, La route marocaine (LRM), Urbis, Lydec et Maroc Telecom qui interviennent sur le chantier. «Aujourd’hui, on est en train de déplacer les lignes téléphoniques et les réseaux de canalisation (lignes électriques, moyennes et basses tensions, conduites d’eau potable), de construire une bouche d’égouts et d’assainissement des eaux pluviales et de mettre en place des socles et des fourreaux d’éclairage public», poursuit le chef du projet. «Il nous reste seulement 30% de travaux à effectuer sous la chaussée pour démarrer ceux de surface», précise-t-il. Rappelons que 13 mâts d’éclairage de 25 m seront installés du côté de la mer. La corniche sera dotée d’un éclairage diversifié et décoratif, en plus de jardinières, fontaines et jets d’eau pour l’animation tout le long de l’esplanade. Cette dernière, qui doit occuper 20 m du côté de la mer et 6 m de l’autre côté des villas, va permettre de renforcer les promenades piétonnes. Une piste cyclable est également prévue du côté de la mer. Elle sera à sens unique et aura une largeur de 1,4 m. Aussi et afin de décongestionner le trafic, le boulevard de la Corniche se transformera en une artère à trois voies et à sens unique. En effet, l’objectif principal est de réduire la circulation au niveau de ce boulevard et d’élargir les espaces réservés aux piétons. Le sol sera revêtu d’asphalte et de marbre blanc. Des arbres, principalement des palmiers, seront plantés tout au long de l’esplanade. Le Conseil de la ville veut faire de la corniche un véritable lieu de détente pour les promeneurs. Donc pour assurer leur confort, il est prévu la mise en place d’un mobilier urbain (bancs, poubelles, lampadaires…) moderne et esthétique. Grosso modo, c’est une nouvelle architecture qui a été retenue pour la corniche casablancaise. Le projet de réaménagement va du complexe cinématographique Mégarama jusqu’au croisement avec le boulevard Sidi Abderrahmane. Une grande fontaine est en cours de réalisation à ce niveau face à l’hôtel Suisse.Les travaux effectués sur la corniche ont nécessité une enveloppe budgétaire d’environ 100 millions de DH. La contribution de la ville au financement de ce grand projet est de 60%. Le reste, soit 40%, est supporté par la Direction générale des collectivités locales (DGCL).Toutefois, ce grand projet ne sera vraiment complet qu’après le réaménagement du boulevard de Biarritz. Ce chantier, qui a démarré depuis plus d’une année, entre lui aussi dans le cadre du programme de mise à niveau des infrastructures de la ville. Cette dernière lui a alloué un montant d’investissement de 16 millions de DH, apprend-on auprès d’une source du Conseil de la ville. Mais les Casablancais reprochent à ce dernier le retard pris sur l’achèvement des travaux. En effet, l’on constate que la chaussée est encore «mal finie». Retard que les responsables du chantier imputent aux mauvaises conditions météorologiques et aussi aux nombreuses interventions, notamment pour les travaux des réseaux électrique, de télécommunications et d’assainissement. Reste à savoir qu’une «couche finale» est toujours prévue. «Il nous reste encore 10% des travaux à réaliser (revêtement des trottoirs et de la chaussée, construction du séparateur de la route et finition du passage piéton). Il faut attendre la fin janvier pour dire que Biarritz est totalement réaménagé», déclare un responsable à la société Urbis. Et d’ajouter, «ces travaux de finition nécessitent, en effet, des conditions météorologiques favorables». Ce qui explique, entre autres, le ralentissement des travaux au niveau de ce chantier, en plus du conflit avec Joseph Marciano qui avait refusé la cession de son terrain (cf. www.leconomist.com). Un élément positif: des palmiers ont déjà été plantés et le mobilier urbain mis en place. Reste seulement la pose des assises des bancs. Pour rappel, le boulevard sera réaménagé en deux fois trois voies dans les deux sens.


    Procédures

    Au niveau du boulevard de Biarritz, outre la mise en place des réseaux d’assainissement et de collecte d’eaux usées qui a nécessité toute une année, les travaux ont été ralentis pour d’autres raisons. Il a fallu notamment engager des procédures, plus ou moins complexes, afin de récupérer l’emprise entrant dans l’assiette foncière du projet. Ainsi, les sociétés en charge des travaux étaient en «stand-by». Elles ont dû attendre que le Conseil de la ville exproprie les terrains et fasse reculer ceux bâtis au-delà de la limite légale. S’ajoute à cela, le temps pluvial qui ne favorise pas la réalisation des travaux de surface.B.S. & J.E.H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc