×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Casablanca: La cession des logements de fonction ne fait pas l'unanimité

Par L'Economiste | Edition N°:1510 Le 02/05/2003 | Partager

. Ce point a nécessité plus de trois heures de débat lors de l'assemblée de la CUC “Trois points en un, c'est comme si on voulait faire passer une question embarrassante sous couvert d'une autre plus noble”, déclarait un membre de la CUC lors de la session ordinaire. Cet élu fait allusion à une question à l'ordre du jour qui porte à la fois sur la cession de logements de fonction et la vente de terrains dits “inutiles”. Bien plus, “encore faut-il traiter séparément le cas des villas, celui des appartements et enfin les terrains”, ajoute le représentant de la commune de Sidi Belyout. Une position sur laquelle se sont alignés presque tous les conseillers. La cession des logements de fonction profitera aux employés de la Lydec qui ont déjà servi à l'ex-RAD, dont des retraités et ayants droit. “Nous sommes pour la cession des appartements, même au prix d'un dirham symbolique, et contre celle des villas”, précise un autre intervenant. En effet, le premier type de logement était occupé par des anciens employés de la RAD ayant de faibles revenus. Aux yeux des conseillers, ils sont méritants. “Par contre, les habitants de villa sont d'anciens cadres de la RAD et par conséquent, ils n'ont pas droit à la cession mais à une vente en bonne et due forme”, explique un élu. Avant toute décision, les membres de l'assemblée ont exigé des détails précis sur la superficie des villas, leur emplacement... “Ceux qui sont déjà propriétaires n'ont pas droit à ces logements de fonction”, explique un membre du bureau de la CUC. Au total, ce sont 92 logements qui sont concernés et qui sont répartis en 76 appartements et 16 villas. Tandis que les premiers sont situés dans des quartiers pauvres (Bloc 20 et Bloc Socec à Hay Mohammadi), les secondes se trouvent dans des quartiers riches (California...). Un autre volet de cette question à l'ordre du jour a soulevé un grand tollé. Il s'agit de la vente de terrains dits “inutiles” appartenant à l'ex-RAD et transférés à la Lydec suite à la gestion déléguée. L'objectif à travers ces projets de cession et de vente est de financer une partie du transfert de la gestion de la retraite au “Régime communal d'affectation de retraites”. Cette question a été débattue presque trois heures durant. La vente des terrains était problématique à plus d'un titre. Les conseillers étaient tous contre l'appellation “terrains inutiles”. “A Casablanca, il n'y a pas un seul terrain inutile ”, laisse entendre plus d'un. Pour d'autres, la vente des terrains ne couvrira que 30 millions de DH du déficit (250 millions de DH) accusé par le transfert au régime de retraite de la RCAR. Ils proposent que cette vente soit effectuée au profit de la CUC elle-même. Ainsi, celle-ci aura de quoi financer le transfert et promouvoir l'habitat social. Contre toute argumentation du président en vue de l'adoption de ce point, l'assemblée a décidé enfin de le reporter à une date ultérieure.


La CUC à la rescousse de la RAFC

La CUC a décidé de payer les arriérés de la Régie autonome des frigorifiques de Casablanca au profit du Fonds d'équipement communal. Les arriérés sont estimés à 8.371.582,23 DH. Rappelons que la RAFC avait contracté auprès du FEC un prêt de 140.061.510 DH pour la construction d'un complexe frigorifique, remboursée à 94,02%.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    communica[email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc