×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Intervention musclée au souk Bir Anzarane

Par L'Economiste | Edition N°:1624 Le 16/10/2003 | Partager

. Les autorités veulent déplacer de force les commerçants vers la nouvelle kissariatHier, dans la matinée, les autorités locales de Derb Sultan El Fida sont intervenues pour déplacer les commerçants du “kissariat” Bir Anzarane (Souk Koréa, près du collège Fatima El Fihria). Devant le refus des commerçants, des rideaux de magasins ont été endommagé pour pousser leurs propriétaires à déménager. Mais suite à une intervention de deux parlementaires, les démolitions ont cessé. “Nous n'avons reçu aucune mise en demeure, ni sommation de la part des autorités pour évacuation. On nous a pris au dépourvu”, affirment les commerçants. Au total, 172 commerçants sont concernés par le transfert de leur activité vers la nouvelle “kissariat”. “En réalité, la nouvelle Kissariat ne nous concerne en rien. Iil s'agit d'un projet de réaménagement du souk Koréa suite à l'incendie qu'il avait connu. Nos magasins ne doivent pas être concernés”, affirme un autre commerçant. Par ailleurs, les propriétaires de magasins refusent “le traitement partiel” qui leur est réservé. Ils incriminent les responsables de favoriser les uns au détriment des autres. En fait 172 commerces existent dans le souk, reparti en trois blocs. Parmi ces magasins, 68 (dont 26 étaient initialement des escaliers avant d'être reconvertis en locaux commerciaux) sont à l'intérieur de la Kissariat. Le reste, soit 104, donne sur l'extérieur. Pour les commerçants, les locaux donnant sur le boulevard ont été déjà cédés “à des personnes étrangères au souk”. Dans une réunion entre le parlementaire, El Houssein Moulay Abdellah, le chef de district et les représentants de la Sonadac, il était convenus d'accorder un délai de 4 jours pour les 28 commerçants qui ont déjà leur affectation de déménager. La SONADAC refuse l'octroi de clé avant de percevoir la totalité du prix de vente (5.000 DH/m2). Une réunion avec les autres commerçants (144), l'autorité locale et les représentants de la Sonadac devaient avoir lieu hier dans l'après-midi. L'objectif est de montrer aux intéressés les plans de la kissariat pour qu'ils procèdent au choix des locaux. C'est le principe du respect de l'emplacement dans l'ancien souk qui préside à ce choix.


L'on croyait certains comportements révolus…

Notre photographe, Mohamed Akisra l'a appris à ses dépends. Alors qu'il réalisait un reportage photo sur l'affaire des petits commerce de Kissariat Bir Anzarane, il a été violemment, et bizarrement, pris à partie par Mohamed Sefi, chef du district dit “Grigoine”, relevant de la préfecture Derb Sultan-El Fida. Ce dernier a endommagé l'appareil de notre journaliste et l'a même menacé physiquement. Visiblement, il y a quelques omissions dans la politique de mise à niveau. En tout cas ce genre d'attitude ne cadre pas avec le style moderniste de M'hamed Dryef, wali de Casablanca. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc