×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: Imbroglio autour des heures sup à Sidi Belyout

Par L'Economiste | Edition N°:1667 Le 22/12/2003 | Partager

. Les employés réclament 1,460 million DH d’indemnités. Chacun perçoit 4 DH l’heure de travail supplémentaireLe personnel de l’arrondissement Sidi Belyout a observé, vendredi dernier, un arrêt de travail, de 14h30 à 18h. Les employés de cette collectivité demandent l’indemnisation au titre des heures supplémentaires. C’est la première fois qu’un tel arrêt d’activité se produit sous le mandat du nouveau bureau.Les indemnités au titre des heures supplémentaires sont prévues par arrêté du ministre de l’Intérieur (n°1190.03) datant du 25 juin 2003 et publié au numéro 5123 du B.O. Elles concernent en particulier les employés de l’échelle 1 à 9. Ceux-ci bénéficient de compensations financières sur “chaque heure supplémentaire de travail effectué en dehors des heures réglementaires”, stipule l’arrêté ministériel. Le montant de l’indemnité est de 4 DH par heure. Au total, la compensation ne peut aller au-delà de 160 DH mensuellement, soit 40 heures de travail supplémentaire. Cela fait six mois qu’à peu près 1.300 employés de l’arrondissement Sidi Belyout réclament leurs indemnités. C’est une charge financière de 1,460 million de DH pour l’arrondissement. Les syndicalistes accusent l’ex-bureau et le service de la comptabilité d’être responsables du retard flagrant dans l’établissement des attestations d’indemnités. Mais depuis la mise en œuvre de l’unité de la ville, tout acte administratif et financier doit passer par la mairie. Ce qui alourdit encore la procédure, d’autant plus que le Conseil de la ville est responsable d’environ 25.000 employés communaux. Pour un responsable de l’arrondissement Sidi Belyout, c’est un autre son de cloche. Il n’y a aucun retard dans le traitement de cette affaire. La périodicité du payement est semestrielle et non trimestrielle comme le croient les employés. Actuellement, la présidence a promis, lors des négociations, d’octroyer les indemnités au cours des jours qui viennent. “Les attestations ont été signées à la mairie et bientôt nos fonctionnaires seront payés”, confie Abdelhafid El Bakkali, 6e vice-président à l’arrondissement Sidi Belyout. Et de poursuivre: “Le nouveau bureau n’a rien à voir avec cette affaire. C’est un problème que nous avons hérité de l’ancienne équipe”.


Indemnités pour travaux salissants

Les employés de l’arrondissement de Hay El Hassani n’ont pas encore perçu leurs indemnités pour travaux pénibles et salissants, fixées à 20% du salaire de base. Au terme des négociations marathoniennes entre la présidence et les représentants des employés, deux catégories du personnel ont été privées de cet avantage. Il s’agit des chauffeurs de véhicule léger et des coursiers (chaouchs). Selon Ahmed Abou Sif , représentant du personnel et syndicaliste de la CDT, “ces derniers ont toujours bénéficié de ces indemnités car leurs tâches comportent une part salissante et pénible”. D’ailleurs, tous les autres arrondissements, y compris la mairie, ont déjà procédé à l’octroi de ces compensations financières et sans discrimination, affirme-t-il.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc