×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: Des centaines d’employés protestent devant une usine

Par L'Economiste | Edition N°:1668 Le 23/12/2003 | Partager

. Le propriétaire aurait fermé l’unité sans les avertirDevant Laraki ASF (une société de confection), une foule de femmes et d’hommes font le va-et-vient sur la rue Amskroud, près de l’école Bikr, non loin du Bd de Bordeaux. Ce sont les employés, pour la plupart des femmes, de la société en question. Mais ils ne peuvent accéder au lieu du travail. Les portes sont fermées, les cadenas changés et le portier renvoyé. Cela fait déjà 6 heures qu’ils sont là, mais aucune lueur d’espoir ne pointe à l’horizon.«Le propriétaire nous a demandé de prendre congé la semaine dernière et de ne reprendre l’activité qu’aujourd’hui», déclare une employée de la société. Mais à leur surprise, environ 500 ouvriers et ouvrières se sont retrouvés au chômage. Selon eux, les patrons justifient la fermeture de l’usine par la récession de l’activité. A en croire les employés, les dirigeants de l’entreprise ont déjà procédé à la fermeture de trois autres usines. Il s’agit de Socodema et Naditex situées au Mâarif et Universel près du boulevard Moulay Youssef. Se trouvant tout près du 5e arrondissement, les employés ont porté leur problème devant le caïd. Les deux parties (agent d’autorité et les représentants des employés) ont été rejointes par l’inspecteur du travail. Au terme des négociations, le personnel a été sollicité d’attendre jusqu’au lundi prochain. Selon un responsable de l’autorité, les patrons de l’usine auraient promis d’ouvrir l’usine et de reprendre l’activité. Et d’ajouter: «Le propriétaire est actuellement à l’étranger pour dénicher des commandes». Pour le personnel, ce n’est là qu’un autre tour que veut leur jouer le patron. Les habitants du quartier ont constaté qu’au cours de la semaine écoulée, le patron a vidé l’usine, à l’aide de camions, de toute la matière première qu’ elle contenait. Si ces promesses ne sont pas tenues, les ouvriers comptent hausser le ton. Ils prévoient de porter plainte devant les autorités locales et d’intenter une action auprès des tribunaux sur la base du PV établi par l’inspection du travail.La société Laraki ASF opère dans le domaine de la confection. Elle emploie près de 500 personnes dont 90% de femmes et une douzaine d’administrateurs. Certains travaillent dans la société depuis 30 ans. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    publ[email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc