×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: Constructions clandestines dans les sous-sols

Par L'Economiste | Edition N°:1558 Le 10/07/2003 | Partager

A la résidence Assalam, sise rue Sebta au quartier des hôpitaux (Casablanca), certains habitants entreprennent clandestinement des travaux de réaménagement des sous-sols (caves). Il va sans dire que ce genre de travaux peut gravement nuire aux fondations de cet ensemble d'immeubles qui date du protectorat. Ce qui met en danger la vie de tous les résidants, et même ceux des habitations voisines. Contacté à ce sujet, le responsable de l'arrondissement dont relève les constructions en question assure qu'il effectuera une descente sur place pour s'enquérir de l'état des lieux. Interrogé par son supérieur, le moqqadem minimise l'ampleur des travaux affirmant qu'il s'agit d'une opération de ravalement, ni plus ni moins. Selon nos informations, de véritables travaux de démolition-construction ont bien eu lieu dans les caves. Selon un topographe, certains travaux pourraient même menacer les fondations de certains immeubles.En tout cas, le caïd promet de déclencher la procédure administrative qu'il y a lieu d'activer en pareil cas. De son côté, la wilaya à travers le service de l'urbanisme affirme que ce type d'infraction ne relève pas de son ressort. «On ne peut contrôler que les bâtiments en cours de construction. On n'a pas droit d'accès aux constructions achevées«, explique un responsable de la préfecture d'Anfa. A quoi servent donc les agents de contrôle? Et le responsable de rétorquer : à veiller au respect des normes dans les chantiers lancés. Toujours selon les responsables de la wilaya, c'est l'arrondissement qui est au premier chef concerné et qui doit prendre en charge cette affaire. Par ailleurs, les autres pouvoirs publics habilités (la préfecture, l'agence urbaine et la commune) doivent être avisés par réclamation de l'infraction. A noter que cet ensemble d'immeubles fait partie des logements domaniaux en cours de cession au profit des enseignants. A. J.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc