×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Casablanca, capitale de la musique andalouse

Par L'Economiste | Edition N°:1906 Le 30/11/2004 | Partager

. Un véritable rush pour la première rencontre internationale . Objectif des organisateurs: Faire redécouvrir cette musique…. …et la faire adopter par le grand publicDécidément, Casablanca est une métropole aux multiples facettes. On la savait capitale des affaires, on la veut destination touristique et voilà qu’on la découvre ville spirituelle. Du 25 au 27 novembre, elle a accueilli la première rencontre internationale de la musique andalouse, «CasAndalouse». Des soirées qui ont connu un véritable rush où se côtoyaient burnous, djellabas blanches et tenues traditionnelles de toutes les couleurs…Dans les sept lieux de manifestation programmés à travers la ville (soirées ouvertes au grand public et celles sur invitations), on se bousculait pour s’approcher le plus près possible de la scène, voir chaque groupe avec sa kyrielle d’artistes qui jouent, peut-être le seul genre musical historiquement partagé par les deux rives de la Méditerranée. Ainsi, ils étaient plusieurs dizaines de milliers de personnes à être bercées par les notes mélodieuses de la musique andalouse. Pour une majorité, c’était l’occasion de la redécouvrir. Et certains ont entonné ses «tubes» ou ses légendaires titres (et elle en a) tout au long des soirées. A travers cet événement, l’Association des amateurs de la musique andalouse du Maroc veut faire redécouvrir la musique andalouse et la faire adopter par le grand public. De même, faire connaître ses attributs, ceux-là mêmes qui faisaient son succès dans les salons feutrés de l’Andalousie.On aurait pu penser que pareille fête, en dehors de la ville de Fès, berceau traditionnelle, serait ressentie comme une offense par les puristes, on aurait pu penser que Casablanca, berceau de la Chaouia, bouderait le genre… Mais, finalement il n’en est rien. La fête a tenu toutes ses promesses. Les cinq pays passionnés de luth (Tunisie, Algérie, Espagne, Portugal et Maroc) ont répondu présents. Et ce n’est pas tout. CasAndalouse compte à son actif une action assez inédite: après sept ans de fermeture, le fameux théâtre de la ville de Mohammédia a ouvert ses portes pour l’occasion, avant même son inauguration officielle.Par ailleurs, en marge des soirées musicales, plusieurs conférenciers ont débattu de différents thèmes, dont «Musique et rapprochement des peuples» ou encore «Prospectives et dimensions sociales».A l’issue de ces rencontres, des recommandations ont été formulées. Il s’agit notamment de rendre cette rencontre annuelle, de l’organiser dans d’autres pays du Maghreb ou encore sensibiliser les enfants à la musique andalouse…Après le succès qu’a connu cette première édition, les organisateurs comptent récidiver l’année prochaine.Khalid El JAI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc