×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Ben M’Sick aura bientôt son hôpital

Par L'Economiste | Edition N°:2742 Le 26/03/2008 | Partager

. Une structure de soins de proximité. Partenariat entre la fondation Jamaï et le département de la Santé Les populations de Ben M’Sick auront bientôt leur hôpital multidisciplinaire. Les travaux vont bon train avec une cadence accélérée. Déjà le gros œuvre est finalisé à près de 80%. Construit sur une superficie de plus de 4.000 m2 dont un peu plus de 3.000 bâtis, l’établissement hospitalier sera composé de deux niveaux et d’un sous-sol.Le site d’accueil de ce projet sanitaire ne pose aucun problème du foncier puisque les terrains sont domaniaux. «Nous voulons avant tout doter le quartier de Ben M’Sick d’une structure de santé de proximité. Cela fait partie d’un plan régional visant à pourvoir les collectivités d’hôpitaux préfectoraux qui constituent le premier échelon de soins», affirme un responsable local. Et d’ajouter, «de cette façon, la pression sur les CHU sera sensiblement  allégée». D’une capacité d’accueil de 80 lits, l’hôpital de Ben M’Sick coûtera quelque 22 millions de DH. Le gros œuvre en absorbe près de 12. Les partenaires du projet assument différemment le financement. Le comité préfectoral du développement humain débloquera 400.000 DH tandis que les Conseils de la Préfecture et de la Région s’acquitteront ensemble d’un montant de 5 millions de DH. Somme qui servira à l’acquisition des équipements sanitaires. Mais la grande contribution reste celle de la fondation Jamaï pour les œuvres sociales qui a mis à la disposition du projet près de 12,6 millions de DH dont un million pour les études, le suivi et le contrôle. Le reste est affecté au gros œuvre, l’étanchéité, tous corps d’état et livraison des bâtiments clef en main .L’autre partenaire est le ministère de la Santé. Ce département se donne quatre obligations selon la convention de partenariat. D’abord, assurer l’encadrement médical, paramédical, technique et administratif de l’hôpital dès l’achèvement des travaux. Ensuite, superviser le suivi conjointement avec les autres partenaires. Puis mettre à la disposition du projet les terrains nécessaires. Ces derniers ne sont autres que ceux où se trouve le centre de diagnostic, un établissement en état de détérioration avancée. Enfin, le département de Yasmina Badou participera au financement des équipements et installations techniques à raison de 4 millions de DH.Une fois le projet achevé, c’est le ministère de la Santé qui en prendra l’entière responsabilité en termes d’entretien, de maintenance et de frais d’exploitation. Il est aussi tenu de doter l’hôpital du personnel qualifié nécessaire (médecins, infirmiers, techniciens et agents administratifs).


Contrôle

La réalisation du projet est soumise dans toutes ses phases au contrôle de la Cour régionale des comptes ainsi qu’à celui des commissions conjointes de l’Inspection générale des Finances et de l’Inspection générale de l’Administration territoriale. Le maître d’oeuvre est tenu à l’entière collaboration en mettant à disposition les informations et les documents nécessaires à l’accomplissement des missions de contrôle.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc