×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca bat tous les records de pollution marine

Par L'Economiste | Edition N°:2022 Le 17/05/2005 | Partager

. Plus de 1.300 tonnes/jour de rejets non traités sont déversées dans la mer. Un système antipollution mis en place par LydecLes rejets industriels à Casablanca dépassent l’entendement. Rien que dans la zone est, la charge polluante est équivalente à celle d’une population de 6,5 millions. Le Casablancais est-il deux fois plus polluant? Non. Car ces rejets sont à dominance industrielle. Pour preuve, «le rapport DCO DBO 5 est supérieur à 1,5», diront les spécialistes. Autrement dit, la Demande Chimique en Oxygène dépasse nettement la Demande Biologique en Oxygène. La DCO est un indicateur de la pollution d’origine industrielle tandis que la DBO 5 sert à mesurer la pollution d’origine domestique. Ces deux variables renseignent sur la quantité d’oxygène nécessaire pour épurer la pollution industrielle et domestique. Sur les 7 grands collecteurs de la zone est, les charges en matières polluantes industrielles (DCO) est de l’ordre de 891.693 kg/j, soit plus que le double des matières polluantes domestiques (DBO 5). Ces dernières sont estimées à 315.282 kg/j. Ce n’est pas tout. A cette charge, il faut ajouter 152.997 kg/j de matières en suspension (MES). Ce sont des substances flottantes non dissoutes surtout quand l’eau est stagnante. Avec ces rejets, l’environnement de la métropole reçoit un coup dur. Le milieu marin demeure le plus touché car c’est là où tous les collecteurs déversent leurs eaux usées. La qualité des plages en pâtit. Des effluents chargés de colorants industriels, de graisse, d’hydrocarbures inflammables et de substances acides polluent gravement les eaux marines et endommagent les collecteurs. Au rythme où les choses évoluent, on va tout droit à la catastrophe. Quelques chiffres communiqués par la Lydec sont frappants: 1.964 unités industrielles déversent leurs effluents directement dans la mer par voie des 7 collecteurs, soit 80% de l’industrie du Grand Casablanca. On y trouve toutes sortes d’industries à fort potentiel polluant: la chimie et la parachimie, l’agroalimentaire, la mécanique et la métallurgie et enfin le textile et le cuir. Devant une telle situation fort inquiétante, la Lyonnaise des eaux a mis en place un système antipollution du Grand Casablanca. Ce dernier subdivise la métropole en 3 grands bassins versants, en l’occurrence: ouest, est et Mohammédia. Chacun des versants est équipé de son système de collecte, de pompage et relèvement, de prétraitement en plus d’émissaire marin. . De la classe C à la classe A Le concessionnaire casablancais a engagé, faut-il le rappeler, depuis 1995, un système de dépollution de la zone ouest. Achevé en 2002, le système a permis la suppression des rejets directs sur les plages d’Aïn Diab et Lalla Meryem. Résultats probants: les eaux de baignade sont ainsi passées de la classe C en 2001 à la clase A en 2002.Selon Tahr El Agal, directeur des exploitations eau/assainissement, «la solution de l’émissaire marin est ce qu’il y a de mieux pour les villes côtières. C’est une solution attractive sur le plan technique et économique». Toutefois, les rejets industriels doivent êtres traités in site. Chaque unité industrielle ou groupe d’industries est tenue de mettre en place sa propre station de prétraitement. La raison en est, selon Agal, «les rejets d’origine industrielle ne sont pas biodégradables par le milieu marin contrairement aux rejets domestiques». Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc