×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casa-Technopark: Les start-up s'enlisent-elles?

Par L'Economiste | Edition N°:1429 Le 03/01/2003 | Partager

. Les difficultés du marché, ainsi que le manque de moyens financiers sont les principaux freins à l'essor des start-up marocainesLes premiers pas sont les plus difficiles. Cette évidence est surtout valable pour les entreprises. Mais encore faut-il apprendre à “marcher” ou mieux, à “voler de ses propres ailes”.Les start-up, comme leur nom l'indique, sont de petites entreprises appelées, à l'avenir, à se développer. Un bon nombre d'entre elles est regroupé à Casablanca, au sein du Technopark. Ce dernier abrite non seulement des jeunes pousses, mais également des PME. Ces start-up ont notamment pour activité la fourniture d'accès à Internet, la création et la gestion de sites Web, la conception de logiciels informatiques, la communication Multimédia, l'ingénierie informatique, ou encore l'e-business. Mais force est de constater qu'au Maroc ces services ne sont pas très prisés. Plus grave encore, selon le responsable de la start-up, Weilnet, près de 90% des entreprises marocaines n'ont même pas de site Web, alors qu'en France, “plus de 60% des sociétés disposent d'un portail informatique”. Si l'Internet, à un certain moment, bénéficiait de l'effet de mode, les entreprises marocaines ne croient plus, aujourd'hui, à son utilité, explique-t-il. C'est pourquoi il conseille aux jeunes promoteurs de ne pas se lancer dans le secteur des nouvelles technologies: “faire de la restauration serait, à la limite, plus intéressant”, ajoute-t-il non sans humour. Et de préciser que la plupart des start-up sont des sociétés en nom collectif (SNC). Seul un petit nombre opte pour la forme de société à responsabilité limitée (SARL). Ce qui prouve, selon lui, que leurs moyens sont très limités.Un autre patron de start-up se plaint de ce qu'à l'exception d'un loyer alléchant (50 DH/m2), il ne bénéficie d'aucun autre avantage. “Nous n'avons droit à aucune réduction, ni sur le prix du matériel informatique, ni sur celui des fournitures de bureau, encore moins sur le prix des communications téléphoniques”, se lamente-t-il. Cela prouve que “les pouvoirs publics ne font rien pour nous encourager à nous développer”. Il déplore également le fait que l'Etat n'encourage pas la diffusion, auprès du grand public, des nouvelles technologies. “Le virtuel ne fait pas encore partie de notre culture. Les Marocains observent une grande méfiance à l'égard de tout ce qui n'est pas matériel”, ajoute-t-il.En revanche, Hicham Senhaji, directeur de Voxatel, se veut plus optimiste. Il pense qu'en dépit des difficultés actuelles, les start-up ont néanmoins la possibilité de se développer. L'existence même du Technopark est, pour lui, un signe positif. Il estime, par ailleurs, que même si les conditions du marché ne sont pas toujours favorables, les entreprises doivent elles-mêmes se créer un cadre propice à leur développement. Pour Karim Chraïbi, directeur général de Tele Resource Controle (TRC), “il n'existe pas, au sein du Technopark, de véritable soutien pour les start-up”. Il souhaiterait, à cet effet, qu'une “structure d'accompagnement” soit mise en place avec le concours de l'Etat. Et de constater que les start-up qui marchent le mieux sont celles qui bénéficient de gros contacts, ou encore celles qui traitent directement avec l'étranger.


Délai

Le Technopark de Casablanca a été inauguré officiellement le 7 octobre 2001. Il s'agit, en fait, d'un immense édifice regroupant environ 110 entreprises, dont 52 start-up. Celles-ci ont dix-huit mois pour se développer. Passée cette période, elles devront obligatoirement quitter les lieux. Hicham BENJAMAA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc