×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Cartes de crédit: Gare aux fraudeurs

Par L'Economiste | Edition N°:2234 Le 15/03/2006 | Partager

. La fraude est extrêmement simple et peu coûteuse. Sur internet, des tutoriaux expliquent comment faire. Les cartes à puce, une alternative sûre pour le momentLA fraude se porte bien, surtout dans le domaine des cartes de crédit. En janvier dernier, une bande organisée avait envoyé deux de ses membres à Tanger avec pour objectif d’exploiter de fausses cartes de crédit. Si ce n’était la vigilance des autorités, les deux faussaires auraient facilement accumulé des millions en dirhams et autres marchandises à forte valeur ajoutée. Car tel est le modus operandi des faussaires: faire des achats divers et éviter le retrait aux guichets automatiques. Ensuite, les marchandises achetées sont revendues, même à perte afin de récupérer de l’argent en liquide. «Si d’une part des équipes s’attellent à utiliser les cartes, de l’autre, des éléments sont chargés de la collecte des informations confidentielles», affirme Theo Benz, responsable de lutte contre la fraude de Visa International. Ils recrutent des serveurs dans les restaurants de luxe. Ces serveurs sont équipés avec des scanners miniatures à peine plus grands qu’une boîte d’allumettes. Il leur suffit de passer la carte de crédit sur l’appareil pour que ses informations soient stockées. D’autres moyens tout aussi sophistiqués sont utilisés, tels que les fausses devantures de guichets automatiques, tellement fines que l’on n’y prend pas garde. Ils peuvent même aller faire leurs emplettes sur internet. Des sites spécialisés offrent des centaines de codes pour la modique somme de 600 dollars, selon Visa International. Sur internet, les faussaires peuvent même acheter toute la panoplie d’instruments nécessaires, allant du scanner de poche jusqu’à l’impression de cartes. Avec un investissement de départ de moins de 10.000 dollars, une équipe de faussaires peut être pleinement opérationnelle en achetant les équipements de la manière la plus légale dans des boutiques on-line. Mais, la technologie aidant, la fraude a vu son envergure réduite avec le temps. Elle est passée en l’espace de quelques années de 0,5% du volume total des transactions de Visa International à moins de 0,1%. En valeur absolue, le chiffre a de quoi donner des sueurs froides. Le grand danger, selon Visa International, c’est que ces sommes partent souvent pour financer d’autres activités criminelles, telles que le banditisme organisé ou même le terrorisme. D’où l’intérêt de leur éradication et de leur contrôle. La recherche de moyens de paiement de plus en plus sophistiqués, tels que les nouvelles cartes à puce, est l’une des alternatives, conjuguée à la mise en place d’un arsenal juridique de répression. Mais au vu de la ténacité des faussaires, on peut s’attendre à des surprises.


Règles de bonne conduite

LE conseil le plus courant en matière de cartes de crédit est de ne pas les perdre de vue, ne serait-ce qu’une seconde. Il suffit de quelques instants pour qu’une personne expérimentée passe au scanner la carte. Un autre conseil est celui d’éviter d’écrire son code sur la carte. Pour un fraudeur, rien de plus simple alors que l’utiliser de façon malveillante. Autre recommandation, éviter de jeter dans la poubelle les documents financiers genre relevés de banque ou autres, les passer dans le destructeur de documents avant. Il ne faut jamais donner des informations sur son compte ou sa carte par internet. Et ne se fier qu’aux sites d’achat dûment vérifiés et garder les reçus. Enfin, il est conseillé de ne pas répondre aux mails demandant des informations confidentielles bancaires.Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc