×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Cartes bancaires: Le GPBM mène campagne à Agadir

Par L'Economiste | Edition N°:2211 Le 10/02/2006 | Partager

. Une opération qui s’inscrit dans un programme national. La région d’Agadir représente 10% de l’activité monétique marocaineAprès Fès, c’est à Agadir que s’est arrêtée, mardi dernier, la caravane nationale de sensibilisation pour une meilleure utilisation de la carte bancaire. Initiée par Bank Al-Maghrib, le GPBM (Groupement professionnel des banques du Maroc) et le CMI (Centre monétique interbancaire), cette campagne vise, outre une bonne utilisation des cartes bancaires, leur développement en tant que moyen de paiement. Il s’agit aussi d’informer les commerçants sur les moyens préventifs à mettre en œuvre pour limiter le risque de fraude. C’est également une occasion donnée aux utilisateurs d’évoquer leurs problèmes dans ce cadre. Venus tout d’abord nombreux lors de la rencontre d’Agadir pour s’exprimer sur les dysfonctionnements de cet outil de règlement, beaucoup d’intéressés repartiront sans attendre la fin de la réunion, laissant la salle à moitié vide. A l’origine de leur réaction, l’intervention considérée “inappropriée” de représentants de l’Association marocaine pour la protection du consommateur des services des banques et des établissements de crédit. Ces derniers ont pris la parole pour exprimer leur mécontentement quant “à la faible communication qui a entouré la tenue de la rencontre”. Par ailleurs, pour eux, il aurait été préférable de vulgariser tout d’abord auprès du grand public tous les services bancaires avant de passer à une offensive en faveur de la carte bancaire. Ce moyen de paiement, comparativement à la population bancarisée, reste très peu utilisé. Selon un banquier, les freins à l’évolution du chiffre de ses détenteurs et utilisateurs, d’une manière globale, sont nombreux. Parmi eux, le vide juridique lors d’une utilisation frauduleuse. Dans ce contexte, la lenteur de la procédure d’opposition est également montrée du doigt. Un commerçant soussi évoque aussi la commission imposée lors de chaque vente payée par carte bancaire. Une disposition qui n’encourage pas l’évolution du nombre des commerçants détenteurs de terminal de paiement électronique (TPE). Estimés à 10.000 dans le Royaume, les commerçants qui acceptent la carte bancaire ne sont que 700 environ dans le Sud (région Agadir et provinces du Sud). A noter que sur les 2.133 guichets bancaires implantés à travers le Maroc, le Souss-Massa-Draâ en abrite plus de 160. Cette même zone représente 10% de l’activité monétique du pays. A l’échelle nationale, on recense plus de 2,8 millions de détenteurs de cartes. En 2005, 4 millions de transactions pour 2,2 milliards de DH au moyen de cartes bancaires ont été enregistrées dans le Royaume. Au cours de cette même période, les retraits auprès des guichets bancaires se sont chiffrés à 58 millions pour 42 milliards de DH. Au niveau de ces chiffres, les retraits par cartes bancaires étrangères ont atteint le nombre de 2,5 millions pour quatre milliards de DH. Les paiements par cartes bancaires étrangères étaient au nombre de 3,5 millions pour 5,5 milliards de DH. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc