×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Cancun: Victoire politique des PED

Par L'Economiste | Edition N°:1602 Le 16/09/2003 | Partager

. Echec des négociations de l'OMC . Profondes divergences sur l'agriculture et la réglementation du commerceL'échec de la conférence de Cancun, qui s'est achevée dimanche dernier, illustre l'influence croissante des pays en développement, qui représentent les trois-quarts des membres de l'OMC.Le représentant américain au Commerce, Robert Zoellick, a estimé qu'il serait maintenant très difficile pour l'OMC de parvenir d'ici la fin de 2004 à la conclusion d'un accord international sur la levée des barrières commerciales.La Banque Mondiale affirme qu'un bon accord permettrait d'augmenter le revenu mondial de plus de 500 milliards de dollars par an d'ici 2015 et de sortir de la misère 144 millions de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour.“Je n'irai pas jusqu'à dire que le round de négociations engagé à Doha est mort, mais il requiert à coup sûr des soins intensifs”, a déclaré pour sa part, lors d'une conférence de presse, le commissaire européen au Commerce, Pascal Lamy.Pour boucler le round de Doha d'ici la fin de 2004, les ministres auraient dû effectuer à Cancun 50% du travail nécessaire, mais ils n'en ont fait que 30%, a estimé Lamy.La Suisse a conduit le G9, groupe de pays importateurs nets de produits agricoles comprenant également le Japon, la Corée du Sud, l'Islande, la Norvège, la Bulgarie, Taïwan, Israël et le Liechtenstein. Les pays du G9, soucieux de protéger leur agriculture très subventionnée, se sont opposés à une réduction forte et rapide des tarifs douaniers.Le Japon et l'Australie veulent maintenir un optimisme relatif.Les pays pauvres, qui ont déjà le sentiment que la réglementation existante leur est défavorable, ont fait savoir qu'ils refusaient d'envisager de nouvelles règles, proposées par l'Union européenne et le Japon, destinées à réduire la bureaucratie.Ces règles seront coûteuses à appliquer et elles réduiront la marge de manoeuvre des pays en matière de politique économique, ont protesté les pays en développement. Les pays africains producteurs de coton sont repartis de Cancun avec le sentiment d'avoir remporté une “victoire politique” en imposant à l'OMC la cause de leurs paysans appauvris, qui a rencontré un large écho au point de peser dans l'échec de la réunion. “Le bilan pour nous est positif, car le coton, qui était un sujet tabou il y a quelques mois, a ravi la vedette à bien d'autres sujets et a été intégré aux négociations”, a déclaré le ministre du Commerce du Mali, Choguel Kokalla Maiga, principal négociateur africain sur la question du coton à Cancun.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc