×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Campagne agricole
Des mesures pour l’irrigation

Par L'Economiste | Edition N°:2386 Le 19/10/2006 | Partager

. Exonération des majorations de retard des redevances. Relèvement à 60% des subventions pour l’économie de l’eau Bonne nouvelle pour les agriculteurs. Ils sont désormais, à partir d’aujourd’hui, exonérés des majorations de retard et des frais de recouvrement se rapportant aux redevances d’irrigation. Une décision prise conjointement par les ministères des Finances et de l’Agriculture.Toutefois, seuls les agriculteurs qui s’acquitteront de la totalité du principal de leurs dettes d’irrigation avant le 30 juin 2007 bénéficieront de ce cadeau. Il faut préciser aussi que cette mesure touchera l’ensemble des agriculteurs situés dans les périmètres d’irrigation.Pour sa mise en application, un calendrier de réunions avec les concernés et les institutions agricoles sera établi dans chaque Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA). Rappelons que cette initiative fait partie d’une série de mesures qui ont été prises par les pouvoirs publics lors du lancement de la campagne agricole 2006-2007. Elles s’inscrivent dans le cadre de la politique de modernisation du secteur, et également pour venir en aide aux agriculteurs suite à la flambée des prix du carburant. L’économie de l’eau figure parmi les priorités de cette stratégie. A ce propos, il convient de rappeler que l’actuelle campagne agricole sera marquée par le relèvement des taux de subventions accordées à l’équipement des exploitations en système d’irrigation économe en eau (Irrigation localisée et de complément) pour atteindre 60% au lieu de 30% à 40% actuellement. Ce soutien sera généralisé à l’ensemble des bassins hydrauliques. Des expériences d’équipement collectif de grands périmètres seront également lancées avec un objectif d’accélérer le rythme des réalisations et de bénéficier d’économie d’échelle. Toujours dans le même esprit, le département de l’Agriculture envisage de revoir la loi 23-97 relative à la participation directe à la valorisation des terres irriguées. L’objectif est de l’adapter au revenu des agriculteurs et d’examiner la possibilité d’exonérer de cette participation les agriculteurs investissant dans les équipements d’irrigation localisée.Sur le volet financier, le gouvernement a décidé également de réduire les taux d’intérêt sur les crédits accordés par le Crédit Agricole Marocain de 11% à 5,5% pour les crédits d’investissement et à 5% pour les crédits de campagne. Cela pour permettre de relancer les investissements dans l’agriculture comme c’est le cas dans d’autres domaines.Sur le plan de la mécanisation, le gouvernement a pris des engagements pour faciliter l’acquisition des tracteurs par les agriculteurs qui vont supporter uniquement 60% du prix avec un plafond de 90.000 DH par unité. Pour les autres matériels, le soutien sera de l’ordre de 35% à 60% au lieu de 10% à 60%. Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc