×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Cacao: un nouvel accord international fait son chemin

    Par L'Economiste | Edition N°:28 Le 07/05/1992 | Partager

    La conférence des Nations Unies sur le Cacao s'est ouverte, Mardi 21 Avril, à Genève. Décidée à Londres en Février dernier par le conseil de l'ICCO (Organisation Internationale du Cacao), cette conférence doit négocier, d'ici au mois de Juillet, un nouvel accord international.
    Pour cela, deux rounds sont prévus, du 21 Avril au 1er Mai et du 6 au 24 Juillet.
    L'accord de 1986, encore en vigueur depuis sa prolongation de deux ans en Octobre 1990, arrive à échéance à la fin de Septembre 1992. Dès l'ouverture de la conférence, qui a démarré sous de bons auspices, Carlos Forentin, Secrétaire Adjoint de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), a insisté sur le l'objectif de cette rencontre: il faudra trouver "les moyens de mettre la production en conformité avec la consommation" a-t-il dit. Le marché du cacao, qui est vital pour les pays d'Afrique, a connu une grave crise de surproduction depuis plus de sept ans. Celle-ci a précipité, en Mai 1991, le cours des fèves à leur niveau le plus bas depuis seize ans, soit 588 Livres sterling la tonne. Les premières discussions ont mis en exergue un apparent consensus pour créer un système de quota à l'exportation.

    Ce pas en avant "n'ambitionne pas de limiter plus que de raison l'offre mondiale, mais devrait, du moins à court terme, discipliner le marché" a précisé Alain Gauze, Ministre Ivoirien chargé des Matières premières. Après la chute des dernières années, le marché du cacao semble connaître une reprise depuis le début de l'année. On s'oriente vers un déficit de la production sur la consommation pour la saison 1991-1992. Les prévisions de l'ICCO ont été révisées à la baisse, avec un déficit de 115.000 tonnes contre 140.000 tonnes prévues en Janvier. L'annonce d'un recul de la consommation, (qui pourrait être inférieure de 4% à celle de 1991) avait, dans ce contexte, des retombées négatives sur les cours.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc