×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Bull sort de son rôle de constructeur

Par L'Economiste | Edition N°:65 Le 04/02/1993 | Partager

A l'instar de sa maison mère, Bull Maroc poursuit son avancée dans les services. Le menu d'affaires 1993 du constructeur prévoit notamment un nouveau pas dans l'intégration de systèmes et le Distribution Computing Model.

Luc Saint Jeannet, directeur général de Bull Maroc, n'ignore pas les difficultés de sa maison mère. Son pronostic ne mise pas moins sur une prochaine sortie du tunnel du constructeur. "En terme de redressement, nous devrions toucher d'ici la fin de l'année les premiers fruits du plan de mutation engagé en 1991", estime le dirigeant. Toutefois, l'Année du Coq, selon le calendrier boudhiste, ne sera pas encore celle d'un retentissant "cocorico" du constructeur français.

Réseau Micro

Néanmoins, les comptes de la compagnie s'améliorent. Si son chiffre d'affaires accuse, au cours du premier semestre 1992, une récession de 9,6% à 13,8 milliards de Francs, comparativement à la même période en 1991, son résultat d'exploitation se redresse. En effet, les pertes de Bull ont pu être ramenées, toujours sur la même période, de 1,3 milliard à 857 millions de Francs. Et une nouvelle dotation au capital de 2 milliards de Francs devrait épauler la firme dans ses recherches de palliatifs à un endettement estimé à 11 milliards de Francs. Quant à l'activité purement marocaine de Bull, ses responsables la qualifie, pour 1992, de satisfaisante, voire significative avec une croissance dite "à un chiffre", soit inférieure à 10%. Marqué par les tensions de trésoreries de ses clients, ce dernier exercice reste avant tout pour Bull-Maroc celui de la consolidation de son réseau de distributeurs Micro sur la zone "Casa-Rabat". Cette "option" devrait notamment permettre au constructeur d'appréhender le phénomène d'érosion des marges observé sur ce segment. En la matière, son produit leader, le Desktop, s'inscrit dans une gamme de prix inférieure à 10.000 Dirhams.

"En parallèle", poursuit Luc Saint Jeannet, "dans le souci de démultiplier notre force de vente en Mini sous Unix nous avons validé un partenaire: Wafasystèmes. Notre approche du marché se veut sectorielle et ciblée sur des solutions complètes".

Systèmes propriétaires

Enfin, Bull-Maroc observe également une bonne tenue de son activité sur les systèmes propriétaires. A ce niveau, sa charge d'activité s'est surtout appuyée sur l'apport d'évolutions à ces mêmes systèmes plus qu'en installation pure. Sur ces bases, "1993 sera l'année de mise en oeuvre au Maroc de la stratégie du groupe vers l'intégration de système", explique Luc Saint Jeannet. Qualifiée de "mutation culturelle" par le dirigeant, cette orientation vise, en substance, à offrir à Bull une position de maître d'oeuvre sur des projets informatiques. En d'autres termes, l'opérateur fournira du "clé en main" avec une certaine notion d'ouverture, nouvelle chez le constructeur. "Dans ce cadre nous pouvons en effet développer des applicatifs comme les chercher sur le marché. Il en va de même au niveau du matériel avec l'intégration, si nécessaire, d'outils "non-Bull".

Selon le staff de Bull-Maroc, des opportunités se dégageraient d'ores et déjà en la matière sur ses comptes clients. De plus, la gestion de l'hétérogénéité des matériels et des applicatifs supposée par l'intégration de système devrait ouvrir à Bull-Maroc des sites jusqu'ici monopolisés par la concurrence. Pour ce faire, Bull mise notamment sur les privilèges associés à sa position de constructeur en matière de vieille technologique. "Nous sommes en mesure de faire des projections à 5 ans sur l'évolution des matériels et des systèmes. Cette capacité nous permet un engagement auprès de nos clients, tant sur un résultat financier que des performances techniques", souligne pour sa part Hassan Squalli, Directeur Marketing.

Intégration système

En marge de l'intégration de système, Bull-Maroc entend également se positionner en "accompagnateur privilégié" des grands utilisateurs préparant une migration de leurs outils informatiques vers des protocoles normalisés. Plus connue chez Bull sous le vocable de "Distributed Computing Model", cette démarche porte l'utilisateur au premier rang des préoccupations. "Le marché visé ressort: essentiellement des demandes de nouvelles technologies intégrant l'existant, notamment au niveau du capital formation des hommes", précise Hassan Squalli. Enfin, 1993 devrait également être marqué par l'élargissement de la palette d'activité de Bull-Maroc au service d'accompagnement. Ainsi, les entreprises pourront faire héberger le coeur de leurs systèmes chez Bull et ne conserver dans leurs locaux que les terminaux.

Ce type de prestation dite de Facility Management permet entre autres d'écarter tout problème de sauvegarde.

Christian MEAR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc