×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Bug 2000: Retard dans la conversion des systèmes

Par L'Economiste | Edition N°:473 Le 30/03/1999 | Partager

· Seuls 10% des projets bouclés
· Le 31 décembre 1999 jour férié?
· Estimation du coût global: 4,5 milliards de DH


Pour une partie des systèmes d'information des administrations, des offices et du secteur privé, il existe risque réel de désorganisation de non-passage vers le prochain millénaire. Ce diagnostic est aggravé par l'absence de données précises sur la situation et par la non-maîtrise des projets entamés par des entités pour assurer la conformité de leur système. Ce sont les deux constats majeurs qui ressortent du rapport final de la cartographie des systèmes d'information présenté le 25 mars par le Comité National de Coordination(1) pour l'an 2000, présidé par M. Laarbi Ajjoul, secrétaire d'Etat chargé de la Poste et des Technologies de l'Information (SEPTI).
Sur les 1.800 questionnaires expédiés, seules 385 réponses ont été reçues de la part de 570 entités. «Il s'agit d'un taux de réponse satisfaisant avec plus de 30% comparativement au taux moyen enregistré par des études similaires», se rassure le ministre.
Si plus de 9 sur 10 des cadres et responsables des entités enquêtées sont sensibles au problème de Y2K (bug), il reste que 64% de ces établissements ont lancé un projet An 2000 et moins d'un dixième d'entre eux déclarent avoir achevé leur projet de basculement et de mise à niveau.
Autre fait qui découle des résultats de la cartographie(2), c'est que 15% des organisations ont fait le choix radical de remplacer l'intégralité de leur équipement. S'agissant des composants testés et certifiés conformes pour passer au prochain millénaire, le niveau d'incertitude est très important, il avoisine 80%.
Au niveau de la démarche de conduite de ces projets, la majorité ont opté pour l'externalisation de tout ou partie du projet de conversion de leur système.
Vu la contrainte de temps, 46% des entités questionnées prévoient des plans d'urgence. Parmi les mesures envisageables, des processus de rechange, la recherche de fournisseurs de rechange ou bien la sous-traitance des systèmes sensibles.
En faisant le rapprochement entre les entités à risque et le degré de criticité en fonction de composants vitaux, le rapport de la cartographie précise que 55% des entités ont été classées dans la catégorie à risques, moins de 17% d'entre elles disposent de systèmes critiques et environ 39% n'ont pas donné de réponse sur cet aspect de criticité.
Pour ce qui est du coût de mise en conformité des systèmes d'information, il est estimé à 4,5 milliards de DH, un montant qui représente 1,5% du PIB.
Dans son 5ème chapitre, le rapport préconise enfin une série de propositions pour maîtriser les éventuels dysfonctionnements:
- Des dispositions fiscales pour aider les PME à faire face à ce problème, telles que l'amortissement intégral dès la première année des équipements achetés pour la mise à niveau et des dégrèvements fiscaux pour permettre aux entreprises d'utiliser une partie de leur bénéfice dans les projets Y2K.
- Des procédures exceptionnelles pour faciliter la passation des marchés publics relatifs au problème 2YK et l'intégration de clauses imposant la conformité à l'an 2000 pour toute acquisition de matériels.
- Un contrôle au niveau de la Douane exigeant l'attestation certifiant la conformité An 2000 pour tout matériel à l'importation.
- Des assouplissements sur l'organisation du travail pour pouvoir prendre des dispositions contraignantes à partir de décembre 1999 et jusqu'aux premières semaines de l'an 2000.
- L'opportunité que le 31 décembre 1999 soit décrété jour férié.

Rachid JANKARI

(1) Voir site Internet: www.septi.gov.ma
(2) Réalisée par le bureau d'études «Manal Management» au prix de 700.000 DH/HT, Cf L'Economiste du 9 décembre 1998.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc