×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

Bug 2000: Des inquiétudes subsistent dans l'aérien et le maritime

Par L'Economiste | Edition N°:614 Le 12/10/1999 | Partager

· A cause de la frilosité des voyageurs, les compagnies aériennes réduisent leur nombre de vols
· Pas de changement de programme pour Air France, alors que British Airways accuse une baisse de 53% le 31 décembre

Les transports aérien et maritime sont globalement prêts à affronter le bug 2000, mais des inquiétudes subsistent tant aux Etats-Unis que dans le reste du monde, affirment des responsables américains.
A moins de trois mois du nouvel an, 29 états des 185 pays membres de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale, (OACI), notamment en Afrique, en Asie et dans les pays de l'ex-URSS, n'ont toujours pas répondu au questionnaire sur leur état de préparation au bug, selon M. Kenneth Mead, responsable au Département américain des Transports.
En outre, une vingtaine de pays sur les 89 parmi les plus fréquentés par les lignes américaines ont répondu, mais de manière insuffisante, est-il ajouté devant une commission spéciale du Sénat examinant l'impact du bug 2000 dans les transports.
Quant aux Etats-Unis, si le secteur aérien (aéroports, avions, équipements) est prêt, près de 1.900 petites lignes sur les 3.300 que comptent le pays, n'ont pas répondu aux autorités américaines compétentes, une situation qualifiée d'inacceptable, et qui pourrait amener le Congrès à sanctionner ces compagnies.
Si le bug doit avoir un impact, cela prendra la forme de perturbations de services dans certains endroits. A ce jour, les autorités n'ont pas identifié de problèmes de sécurité liés au bug qui justifieraient d'interdire à un appareil l'espace aérien américain.
Toutefois, British Airways, KLM, American et Northwest Airlines ont annoncé une réduction du nombre de vols pour la nuit du nouvel an, davantage en raison de la faiblesse des réservations que de la peur du bug. Air France estime pour l'instant "prématuré" de parler du sujet et ne prévoit aucun changement de programme aujourd'hui. Personne n'ayant envie de voyager ce jour là, la compagnie française n'a plus qu'une dizaine de vols pour lesquels toutes les garanties de sûreté n'ont pas encore été réalisées.
Néanmoins, toutes les compagnies ne tiennent pas le même discours. American Airlines a annoncé l'annulation de 20% de ses vols le 31 décembre et 5% le 1er janvier 2000 en raison de la faiblesse des réservations, qui n'est pas directement liée à l'inquiétude des voyageurs. Bon nombre de personnes ont prévu de fêter le passage au troisième millénaire ailleurs qu'à bord d'un avion.
Idem chez le Néerlandais KLM ou son allié américain Northwest Airlines qui vont réduire leurs vols en raison de la frilosité des passagers.
Lufthansa, qui n'a pas prévu de réductions particulières, indique qu'elle aura 48 avions dans les airs au moment fatidique, tandis que British Airways en aura 20 seulement, accusant une baisse de 53% le 31 décembre et de 15% le 1er janvier.


Et le maritime


En mer, les garde-côtes américains, chargés d'évaluer le secteur maritime, n'ont reçu que 43% des réponses sur la préparation au bug de la part des quelque 33.000 navires ayant amarré dans un port américain au cours des deux dernières années. En outre, seulement 33 des 83 principaux ports américains avaient répondu en août aux questionnaires des garde-côtes, amenant ces derniers à s'inquiéter de ce manque d'information.
Quant à la préparation au bug 2000 dans les ports étrangers, elle est globalement inconnue. Or, plusieurs responsables ont souligné que le secteur maritime était à la fois fortement automatisé et crucial pour les économies mondiales. Dans les pays en voie de développement, il demeure le moyen le plus exploité pour l'acheminement des marchandises.

Radia LAHLOU (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc