×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Budget 2009: Les argentiers taillent dans les dépenses

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    . Deux milliards d’euros en moinsLes argentiers de l’Union européenne ont élagué jeudi dernier de près de 2 milliards d’euros le projet de budget commun présenté par la Commission européenne pour l’année 2009. Le projet ainsi modifié, qui prévoit des crédits de paiement (dépenses) d’un montant total de 114,9 milliards d’euros, a été «adopté sans difficultés» par les ministres européens du Budget lors d’une réunion à Bruxelles, a annoncé le Français Eric Woerth, dont le pays préside l’UE. «Nous sommes déçus», a fait savoir la Commission européenne. Elle proposait, elle, des dépenses d’un montant total de 116,7 milliards, ce qui représentait déjà une réduction de 3% par rapport au budget 2008. Le Parlement européen pourrait à nouveau modifier la donne lorsqu’il examinera les propositions des Etats membres en novembre. Les ministres ont taillé «un peu partout» dans les dépenses proposées par la Commission: 499 millions d’euros en moins pour la préservation et la gestion des ressources naturelles (dont 380 prévus pour les aides directes), 721 millions en moins pour la compétitivité et l’emploi, 23 millions supprimés pour la sécurité et la justice, 392 autres pour les actions extérieures (dont 244 de la réserve pour les aides d’urgences), 102 millions pour les dépenses d’administration. «Ce projet de budget montre la détermination du Conseil à favoriser une bonne gestion des deniers publics communautaires et à répondre aux préoccupations des citoyens européens, qu’il s’agisse du soutien à la croissance et la compétitivité, des politiques favorisant les Etats membres qui l’ont rejointe en 2004 et 2007, ou encore la solidarité de l’Union avec les pays tiers», a néanmoins affirmé la présidence française dans son communiquéSynthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc