×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    BTP: Une expérience pilote pour dynamiser la formation

    Par L'Economiste | Edition N°:2838 Le 11/08/2008 | Partager

    . Validation des acquis: Premiers certificats délivrés. 27 bénéficiaires Dorénavant, l’expérience professionnelle sera sanctionnée d’un diplôme. Les premières attestations de validation des acquis professionnels ont été délivrés le 29 juillet dernier, par le département de la formation professionnelle, la Fédération nationale pour les bâtiments et travaux publics (FNBTP) et l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), suite à un accord qui a été signé le 24 avril 2007 entre ces partenaires. Il s’agit d’une opération pilote. Un échantillon réduit a été choisi sur la région de Casablanca et Rabat, dans l’espoir d’élargir le champ à d’autres secteurs d’activités, selon les termes de Meftah Moustapha, directeur délégué de la FNBTP.En effet, la validation des acquis a touché un seul secteur, celui du bâtiment et travaux publics (BTP). À cet effet, 38 employés travaillant dans neufs entreprises ont participé à l’opération. La validation des acquis a concerné trois métiers dont l’expérience sera reconnue. Il s’agit de: chef de chantier bâtiment gros œuvre, chef de chantier route et terrassement, et chef de chantier ouvrage. «C’est un secteur qui se développe à une grande vitesse. Concernant ces profils, il existe un réel besoin sur le marché, car il n’y a aucune formation dans ce domaine au Maroc», explique Meftah. L’objectif de cette initiative est de faire valoir les compétences professionnelles de certains employés qui ne jouissent pas de la même reconnaissance sociale que ceux qui disposent d’un diplôme, selon le directeur délégué.

    Accompagnement
    La sélection des candidats permet de tester les capacités à travers un programme établi. «L’entreprise est un lieu de formation, toute l’expérience s’acquiert sur le terrain. L’important pour nous est de décerner le certificat à ceux qui le méritent», déclarent les dirigeants. Les participants ont été mis à l’épreuve. Le comité d’organisation a apporté son aide pour la constitution du dossier qui retrace le cursus professionnel de chaque candidat.Les membres du jury, composé de formateurs de l’OFPPT, d’experts français, de formateurs de l’institution des travaux routiers, d’entrepreneurs et dirigeants, ont soumis les participants à un examen professionnel de mise en situation après avoir analysé les dossiers. Le tout suivi par un entretien individuel. «La validation des acquis est une bonne initiative qui montre que même les personnes qui n’ont pas un niveau scolaire très élevé peuvent faire preuve de compétence», témoigne un participant. À signaler que des journées de travail ont été organisées pour l’élaboration des outils et supports du projet d’expérimentation de la validation des acquis. Par ailleurs, deux séminaires de sensibilisation ont eu lieu à Rabat et Casablanca au profit des entreprises adhérentes. Le comité d’organisation a mis en place une phase d’accompagnement pour les participants afin de sélectionner les employés qui méritent l’attestation de la validation des acquis professionnels.Mariem OUAZZANI Touhami
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc