×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

BTP : Arcadie déçoit les attentes

Par L'Economiste | Edition N°:202 Le 02/11/1995 | Partager

Dominé par des exposants institutionnels et des présentations monotones, Arcadie 95 a exercé peu d'attrait sur les professionnels ou les curieux.


Le bilan du Salon Arcadie 95 est quelque peu mitigé. Mais ce Salon a été frappant par le nombre très restreint de visiteurs accueillis ou des exposants, une cinquantaine en tout.
"Nous ne souhaitons qu'apercevoir des passants", déclare un exposant qui s'ennuie dans son stand.
Le Salon est morose et ennuyeux. Il est occupé dans sa grande majorité par des stands institutionnels. En tout cas, il n'a pas été un lieu d'attrait et de rencontre des professionnels, qu'ils soient architectes, promoteurs, bureaux d'études. Arcadie 95, avec pour thème "une meilleure qualité de la cité" devait être un lieu de débat sur l'architecture, l'urbanisme, l'environnement et la cité en y intéressant "monsieur tout-le-monde".
Mais les stands ont été marqués par une absence totale d'animation. Il ont été aménagés sans grandes innovations. Les stands institutionnels, tels que ceux de l'Agence Urbaine de Casablanca, du Ministère de l'Environnement, du Ministère de l'Intérieur-Division de l'Urbanisme et de l'Architecture, du Ministère de l'Habitat et les offices sous tutelle de ce Ministère n'ont inspiré que de l'indifférence. Sur plusieurs mètres carrés ont été exposés des plans de villes avec schémas-directeurs ou des plans de projets de logements...

Professionnels non impliqués


Le stand de l'Ordre des Architectes innove, quant à lui, par sa conception, mais ne convainc pas de sa raison d'être. C'est une tour dominée par la couleur bleue où l'on peut entrer et sortir sans rencontrer personne, ni aucune information. Le concept de foire n'est pas uniquement un espace aménagé en stands où les exposants déplacent leurs outils de travail ou leurs produits. La raison d'être d'une foire est de constituer un lieu d'attrait en encourageant la population cible à se déplacer, en suscitant l'intérêt.
Les tables rondes autour des thèmes de la cité: "Maintenance et Entretien de la cité", "Protection de l'Environnement au Maroc et Observatoire de l'Environnement", "L'imaginaire dans la ville", ou encore "Casablanca et la mer" n'ont pas rencontré, eux-aussi, un grand succès. Des intervenants inscrits n'étaient même pas avisés qu'ils devaient y participer.
Arcadie 95 a été organisé par l'OFEC en collaboration avec les Ministères concernés qui ont par conséquent réservé des espaces. Mais faute d'implication des associations professionnelles, le Salon a fait pâle figure comparé notamment à la Fête de l'Architecture qui s'est tenu en juin 1994 au Ryad Salam. Les associations professionnelles et leurs membres ne sont pas nécessairement des exposants potentiels mais des leaders d'opinion convaincants. Elles sont à même de drainer à une manifestation les professionnels ou les orateurs.

Toutefois, le tort semble partagé entre les exposants et les organisateurs.
Le tableau n'est pas tout à fait noir. Quelques exposants, sans être euphoriques, ne regrettent pas d'avoir exposé. Il s'agit entre autres de Granimarbre qui a aménagé un stand assez original, sous forme de cour couverte de marbre et décorée par des fontaines.
Cap Solaire, dont le stand a été élargi faute d'autres exposants, a espéré toucher les professionnels du bâtiment prescripteurs, bureaux d'étude ou architectes, mais il s'est contenté de promouvoir son produit auprès des particuliers.
Le stand de Sigma-Technologie a mis en relief une nouvelle technologie d'impression des panneaux d'affichage. Ces derniers peuvent être de 150 mètres de large, ce qui est une première, et permettent aux clients de passer outre les tracasseries des imprimeries. Ce service est désormais assuré par une entreprise du groupe Sebti: Megaprint Technologie. Des impressions se sont déroulées sur le stand même.

Travaux publics


Autre faille de l'organisation: deux Salons ont été organisés en même temps, Arcadie 95 et le Sim'TP & Carrières (Salon International du Matériel des Travaux Publics & Carrières). Par manque peut-être d'action de communication, ce dernier Salon a été totalement occulté par Arcadie. "Les visiteurs confondent les deux Salons. Les résultats sont catastrophiques. On nous a dit qu'il y a eu 1.500 invitations, mais nous n'avons pas eu beaucoup de visites", déclare un exposant abattu par l'attente, assis devant sa machine de travaux publics.
En revanche, le responsable du stand de Fénie Brossette a jugé qu'il était toujours intéressant de participer à des foires et expositions. Par ses contacts, il juge que le marché des travaux publics reprend, essentiellement grâce aux travaux lancés dans le monde agricole.

Laïla TRIKI.


Les menuisiers sur les portes des promoteurs


La menuiserie est une activité qui évolue avec l'immobilier. C'est un secteur qui accueille beaucoup de main-d'oeuvre. La présence d'un large secteur informel au sein de cette activité freine le développement de structures organisées. "A chaque coin de rue, il y a un menuisier avec des apprentis non déclarés qui travaillent dans une petite fabrique sans existence juridique", indique le directeur d'une entreprise de second oeuvre.
Ces petits menuisiers fabriquent évidemment des produits moins chers que les grandes entreprises organisées (25 à 30% de différence entre les prix).
Certains clients (les promoteurs immobiliers en particulier) préfèrent fabriquer et travailler la menuiserie pour leur propre compte. Ils installent des machines dans le sous-sol de l'immeuble et engagent gratuitement quelques menuisiers. Dès que les travaux du second oeuvre finissent, ces promoteurs offrent le matériel aux menuisiers en contrepartie de leurs services. Ainsi, une grande part du marché échappe aux entreprises organisées et aussi au secteur informel.
Les entreprises de menuiserie optent généralement pour les petits marchés (des particuliers). Ces marchés génèrent de faibles marges bénéficiaires mais le recouvrement des créances vis-à-vis des clients est facile. Quant au grands marchés (Administration, banques...), bien qu'ils permettent de réaliser de gros bénéfices, le paiement est étalé sur de longues périodes. Le règlement peut parfois être reporté en cas de conjoncture défavorable.

Pour une grande entreprise de bois située à Tétouan, une avance de 60% à la commande est exigée. "C'est une profession où l'on peut atteindre des chiffres d'affaires très élevés, mais le risque de ne pas se voir payer est aussi important", rappelle un opérateur dans la menuiserie.
Sur le terrain, le menuisier est le dernier corps de métier qui intervient dans la construction. Un bon menuisier est celui qui cache tous les défauts du gros oeuvre, note un professionnel.
La présence du menuisier dans toutes les réunions de chantier est obligatoire. Toutefois, son travail est réalisé en grande partie hors chantier (à l'usine). Une belle menuiserie (portes, fenêtres...) peut coûter au promoteur jusqu'à 15% du prix de l'immeuble. A cela peuvent s'ajouter les frais de décoration réalisée par des artistes dans le domaine du bois.

Hicham RAÏK.


Espace Porte d'Anfa

Le chantier sera livré en mars 1996


Le GPBM et la Banque Centrale Populaire de Casablanca-Anfa intégreront leurs sièges à la date de livraison du chantier de l'Espace Porte d'Anfa, prévue pour le mois de mars 1996. L'aménagement de ces bureaux a été établi en concertation entre les institutions bancaires et le promoteur.
A aujourd'hui, le tiers de l'espace bureau du projet a été vendu. Les deux tiers restants sont encore en phase de commercialisation.
A ce stade, les promoteurs envisagent le lancement d'une campagne de communication ciblée à travers la presse écrite. Ils accentueront particulièrement leur démarche par le biais du marketing direct.
Sur une superficie totale de près de 40.000 m2, l'Espace Porte d'Anfa, dont l'architecte est M. Driss Ben Chérif et le promoteur la société Espace Porte d'Anfa, est un projet à caractère à la fois commercial et professionnel. Les gros-oeuvres sont assurés par la société Cogeba. D'autres lots composent le chantier.
"Ayant démarré les travaux il y a de cela moins d'une année, nous sommes aujourd'hui à la phase de finition", précisent les promoteurs.
Trois entrées permettent l'accès à l'immeuble: une située sur le Boulevard Moulay Rachid et deux autres sur la rue Lapize.

Le projet comprend une galerie commerciale au rez-de-chaussée et au niveau moins 1, cinq étages de plateaux de bureaux et un parking situé au niveau moins 2.
Sur une superficie de 4.600 m2, la galerie accueillera 134 magasins, de dimensions différentes. "Grandes marques et enseignes étrangères y joueront un rôle d'entraînement aux côtés de restaurants et lieux de rafraîchissement", indiquent les promoteurs.
L'Espace Porte d'Anfa, c'est aussi plus de 17.000 m2 sur cinq étages réservés aux bureaux. Les surfaces de ces plateaux qualifiés de fonctionnels, et dont le prix du m2 est de 13.000 DH, varient de 100 à 280 m2. Ces plateaux bénéficient en outre des connexions nécessaires aux moyens de communication: réseaux et câblages informatiques et lignes téléphoniques, auxquels s'ajoute la climatisation air chaud-air froid.
La particularité du projet est l'utilisation du Vitrage Extérieur Collé (VEC). "Il s'agit, selon les promoteurs, d'une première au Maroc. Le VEC est un verre spécialement galbé qui permet d'obtenir un cylindre parfait en verre". De plus, ajoutent-ils, les matériaux de construction utilisés sont entièrement importés (carreaux, granit sur les poteaux de la galerie commerciale...).

Meriem OUDHIRI.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc