×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Bruxelles ouvre la boîte de Pandore

    Par L'Economiste | Edition N°:2770 Le 06/05/2008 | Partager

    . Grand débat sur le fonctionnement de la zone euro La Commission européenne s’apprête à lancer un vaste débat sur les moyens d’améliorer le fonctionnement de la zone euro, 10 ans après sa création, dont pourraient profiter des Etats comme la France ou l’Italie qui veulent renforcer le poids des gouvernements face à la BCE. Dans une communication qui sera adoptée mercredi 7 mai, la Commission va dresser un bilan de l’euro et formuler quelques propositions sur l’Union économique et monétaire. La Commission devrait appeler à renforcer la coordination des politiques économiques des pays membres, mais se garder de toute référence à l’instauration d’un «gouvernement économique» plébiscité notamment par la France. Bruxelles souhaite surtout un «élargissement de la surveillance» des performances budgétaires des Etats, passant «en particulier par une meilleure surveillance des réformes» structurelles, dont l’impact sur les comptes publics doit être mieux pris en compte, explique une source européenne. Après son élection il y a un an, le président français, Nicolas Sarkozy, a clairement affiché sa volonté de doter la zone euro d’un véritable gouvernement économique, susceptible de parler sur un pied d’égalité avec une BCE, jugée toute puissante et parfois autiste. Le vrai débat se déroulera lors de la présidence semestrielle française de l’UE, à partir de juillet. «J’espère que l’on pourra pleinement exploiter, sous la présidence française, les potentialités de ces propositions», a souligné le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes. D’autres sujets sensibles demeurent. «Il va bien falloir qu’on mette sur la table la question de la politique des changes», indique une source diplomatique française.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc