×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1906 Le 30/11/2004 | Partager

. La direction de l’OMC sera reconduiteLa course pour la direction de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) s’ouvre officiellement aujourd’hui 30 novembre, avec en lice trois prétendants déclarés, plus éventuellement Pascal Lamy, jeune retraité de la Commission européenne. A compter du 1er décembre, les impétrants ont un mois pour déposer leur candidature, avant la désignation au plus tard fin mai par un “consensus” des 148 pays membres. Celui qui remplacera le 1er septembre le directeur général sortant, le Thaïlandais Supachai Panitchpakdi, devra mener à leur terme les négociations du “cycle de Doha”, qui a mis le développement des pays pauvres au coeur de la libéralisation du commerce mondial. Forts de cette promesse, trois représentants du “Sud” ont déjà fait acte de candidature: le Brésilien Luis Felipe de Seixas Correa, ambassadeur auprès de l’OMC, l’Uruguayen Carlos Perez del Castillo, ancien président du Conseil général de l’OMC, et le ministre mauricien des Affaires étrangères, Jayen Cuttaree. Par ailleurs, beaucoup de pays pensent que l’OMC a besoin d’une direction forte si l’on veut pouvoir conclure le cycle de Doha dans les années qui viennent, souligne le diplomate européen, qui estime que la direction sortante n’a pas su faire pression sur les grands du commerce mondial.. Grippe aviaire: Une pandémie à haut risqueLa mutation de la grippe aviaire en une pandémie de grippe humaine pourrait tuer “jusqu’à 100 millions” de personnes dans le monde, a averti hier 29 novembre le directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). “Les évaluations les plus conservatrices font part de sept à dix millions de morts mais le maximum pourrait être de cinquante millions ou même, dans le pire des scénarios, cent millions”, a déclaré Omi lors d’une visite à Hong Kong. Le virus H5N1 de la grippe aviaire, qui touche avant tout les volailles même s’il est responsable de la mort de 32 personnes en Asie jusqu’à présent, se transformera tôt ou tard en une pandémie humaine, a assuré sans l’ombre d’un doute le responsable. “Cela arrivera”, a-t-il asséné, mettant également en garde contre une propagation rapide de la maladie. “Auparavant, cela aurait pris un an pour se propager dans le monde mais, en raison de la mondialisation, il ne faudra plus que quelques semaines”, a-t-il prédit. “Si nous ne sommes pas prêts, les conséquences seront importantes”, a-t-il lancé. La capacité du virus H5N1 à se propager aux félins et aux porcs a montré que la maladie était dorénavant prête à muter en une souche qui puisse contaminer l’homme: “le niveau de transmission est sans précédent”, a rappelé Omi, soulignant que “l’Histoire nous avait appris que, en moyenne tous les trente ans, une pandémie survient”. . La France efface l’ensemble de la dette sénégalaiseLa France a annulé l’ensemble de la dette souveraine du Sénégal aux termes d’un accord signé hier 29 novembre à Paris par les gouvernements des deux pays, a annoncé le ministère français des Finances. Le ministre français délégué au Commerce extérieur, François Loos, et le ministre sénégalais des Finances, Abdoulaye Diop, ont signé hier au ministère français des Finances “un accord annulant la totalité de la dette souveraine du Sénégal vis-à-vis de la France”. “Cet accord s’inscrit dans la suite de celui conclu le 9 juin 2004 entre le Sénégal et ses principaux créanciers, dont les Etats-Unis, le Canada et le Japon. A ce titre, la France s’était engagée à annuler 30 millions d’euros de créances commerciales dues par l’Etat sénégalais”, rappelle-t-il.. L’Arabie saoudite augmente sa production pétrolièreLe ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, a indiqué hier 29 novembre à Londres que les capacités de production de brut de son pays allaient passer “dans les quelques années à venir” de 11 à 12,5 millions de barils par jour (mbj). “Cette année, nous avons fait passer nos capacités totales de production de 10,5 à 11 mbj”, a expliqué Ali al-Nouaïmi. L’Arabie saoudite, premier producteur mondial de pétrole, pourrait à terme disposer de capacités totales de production de 15 millions de barils par jour, a assuré Al-Nouaïmi. “Cette décision d’investir avec une telle ampleur dans l’accroissement de nos capacités reflète notre analyse selon laquelle la demande pour le pétrole saoudien va continuer à progresser dans les années à venir”, a expliqué Ali al-Nouaïmi. “Cela montre aussi que nous souhaitons disposer de capacités excédentaires d’au moins 1,5 million de barils par jour”, a-t-il conclu. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc