×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1817 Le 22/07/2004 | Partager

. Chine: La Fondation de Bill Gates entre en BoursePour attirer des fonds étrangers sur les marchés des capitaux chinois en difficultés, la Fondation Bill et Melinda Gates a obtenu le feu vert du gouvernement chinois pour investir en actions et en obligations. C’est ce qu’a annoncé hier mercredi l’autorité de régulation boursière.De ce fait, la Fondation devient le 17e investisseur étranger et la première institution étrangère non financière à obtenir l’accès aux marchés chinois.Toutefois, l’avis donnant le feu vert ne précise pas combien la Fondation sera autorisée à investir. Le quota minimum fixé pour tous les investisseurs étrangers est de 50 millions de dollars.A noter que les investisseurs institutionnels étrangers qualifiés selon la terminologie retenue dans le programme lancé en mai 2003 disposent de quotas d’investissement allant jusqu’à 600 millions de dollars.Créée en 2000, la fondation Bill et Melinda Gates a environ 27 milliards de dollars à sa disposition, dont elle se sert notamment pour promouvoir des programmes de santé dans le monde, ainsi que dans l’éducation.“Notre monde, la nation et notre région, aujourd’hui plus que jamais, peuvent et devraient améliorer l’égalité dans la santé, l’éducation et l’accès à l’information et aux services humanitaires pour les familles vulnérables”, avait déclaré Gates.. Grosses commandes d’avionDans le cadre de ses projets pour renforcer sa flotte, la compagnie aérienne Turkish Airlines a annoncé hier mercredi l’achat de 36 avions auprès du consortium européen Airbus et 15 auprès de l’avionneur américain Boeing. Par ailleurs, un porte-parole de Turkish Airlines a précisé que la compagnie comptait également mettre fin à certains contrats de leasing et en conclure de nouveaux pour d’autres avions. “Nous comptons augmenter notre flotte jusqu’à 100 avions d’ici la fin 2005”, a déclaré le porte-parole. Ainsi, la compagnie turque va acquérir cinq avions A330/200 pour ses liaisons longue distance et 12 avions A321/200 et 19 A320/200 pour les moyennes distances. En outre, la compagnie va également acheter 15 Boeing 737/800, également des avions pour les liaisons moyenne distance. Cette annonce est intervenue alors que le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, effectue une visite officielle en France durant laquelle l’achat d’avions Airbus a été discuté.Mardi dernier, la présidence française avait indiqué à l’issue d’un entretien entre Erdogan et le président français Jacques Chirac que les discussions sur un contrat concernant le renouvellement de la flotte de Turkish Airlines étaient “en cours de finalisation”. . Turquie: L’islam n’est pas un critèreL’Union européenne ne doit pas se laisser guider par “la crainte de l’islam” dans sa décision sur l’ouverture ou non de négociations d’adhésion avec la Turquie. C’est ce qu’a affirmé hier, mercredi, le Premier ministre néerlandais, Jan Peter Balkenende. “Nous ne devons pas nous permettre d’être guidés par la crainte vis-à-vis de l’islam”, a déclaré Balkenende devant le Parlement européen à Strasbourg. Les chefs d’Etat et de gouvernement des 25 Etats membres de l’Union doivent décider en décembre si la Turquie satisfait au respect des valeurs démocratiques européennes et des droits de l’homme; si c’est le cas, les négociations d’adhésion avec Ankara pourront s’ouvrir. Selon le Premier ministre néerlandais, la décision devra être prise “honnêtement” et sans “inventer de nouveaux critères”. “Notre opposition ne doit pas être dirigée contre les religions mais contre les individus et les groupes qui détournent leur religion pour s’imposer par la force”, a-t-il déclaré. “L’islam n’est pas le problème. Les musulmans, les chrétiens et les représentants des autres confessions peuvent parfaitement vivre ensemble en bonne harmonie. Le problème n’est pas la religion mais le détournement de la religion pour semer la haine et l’intolérance, et pour réprimer les femmes”, a-t-il insisté. . L’adoption de la Constitution est vitale Le président de la Commission européenne Romano Prodi a mis en garde hier mercredi à Strasbourg, contre un rejet de la Constitution européenne, qui entraînerait à ses yeux un “blocage énorme” du processus d’intégration de l’Europe. Il a émis le souhait que les campagnes de ratification du traité adopté, ne soient pas prises en otage par des considérations nationales. “Nous devons garantir que les référendums et les votes parlementaires ne soient pas un simple reflet de la situation politique dans chacun des pays mais qu’ils donnent une réponse consciente, réfléchie, aux questions réelles, et cela, au niveau européen”. “Ma crainte est que les questions nationales s’immiscent dans les discussions européennes et qu’elles finissent par compromettre le pas en avant que nous pourrions faire, grâce à cette constitution”, a ajouté Prodi. Pour sa part, le Premier ministre irlandais Bertie Ahern a précisé que la ratification de la Constitution européenne par les 25 Etats membres de l’Union devrait être achevée “au plus tard le 1er novembre 2006”.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc