×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1762 Le 06/05/2004 | Partager

. Alitalia en chute libreSyndicats, responsables d’Alitalia et représentants du gouvernement italien ont repris hier mercredi des négociations de la dernière chance pour éviter la liquidation ou la mise sous tutelle de la compagnie aérienne en difficulté. Les tractations avaient été ajournées mardi dernier en fin de soirée alors que les syndicats proposaient un plan visant à économiser 200 millions d’euros pour éviter une réduction drastique du personnel. Le plan a été remis au patron d’Alitalia, Marco Zanichelli, qui devait donner sa réponse hier mercredi avant la reprise des discussions. La proposition des syndicats vise à éviter une réduction du personnel pouvant aller jusqu’à 5.600 personnes sur les 21.000 employés d’Alitalia, essentiellement par des “externalisations”, c’est-à-dire en confiant à des entreprises externes les tâches jugées non essentielles. L’objectif des discussions entre syndicats, gouvernement et entreprises, est de parvenir à un plan social, alors que le spectre de la liquidation plane sur le transporteur, qui a subi une perte record de 510 millions d’euros (avant impôts et éléments exceptionnels) en 2003. . Données privées: Pour leur premier vote, les eurodéputés des nouveaux Etats membres de l’UE ont respecté les disciplines de groupe. Ils ont défendu avec panache les pouvoirs du Parlement européen face aux gouvernements. En effet, l’institution européenne a confirmé son refus d’examiner un projet d’accord entre l’UE et les Etats-Unis sur le transfert par les compagnies aériennes de données privées concernant les passagers. A rappeler que depuis mars 2003, les services douaniers américains exigent des transporteurs, sans base légale, d’avoir accès aux données de leur système de réservation (comme l’adresse e-mail du passager ou le numéro de sa carte de crédit), sous peine d’amendes ou de contrôles plus fouillés à l’arrivée. Les 626 “anciens” parlementaires avaient refusé de rendre l’avis requis sur la question. Ils avaient demandé à la Cour européenne de justice de déterminer au préalable si le texte était conforme à la législation européenne sur la protection des données. Mais le Parlement était à nouveau saisi “en urgence” par le Conseil des Ministres de l’UE, qui espérait une issue différente avec l’arrivée de 162 députés, dont le vote était jugé plus imprévisible en raison de leur caractère supposé plus atlantiste.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc