×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:2877 Le 09/10/2008 | Partager

    . Peugeot: La Roumanie en lice pour une éventuelle usineLa Roumanie figure sur la liste des pays d’Europe de l’Est où Peugeot pourrait installer une usine, a rapporté hier le quotidien Ziarul Financiar. «Nous envisageons actuellement d’augmenter nos capacités de production en Europe et nous pensons construire une nouvelle usine de production de moteurs en Europe de l’Est, et la Roumanie figure sur notre liste», a déclaré Jean-Philippe Collin, DG du groupe constructeur. Toutefois, Collin n’a pas spécifié le montant de l’investissement. . Volvo Cars: Plus de 3.000 emplois supplémentaires supprimésLe constructeur automobile suédois Volvo Cars, filiale du géant américain Ford, a annoncé mercredi 8 octobre qu’il allait supprimer plus de 3.000 emplois supplémentaires en Suède et dans le monde, portant à quelque 6.000 les suppressions de postes engagés cette année. Sur les 3.300 nouvelles suppressions d’emploi annoncées mercredi, 2.700 concernent la Suède et 600 à l’étranger, tandis que 700 contrats de consultants seront résiliés. Fin 2007, Volvo comptait 24.400 employés dont 17.600 dans le monde. Volvo Cars avait annoncé en septembre envisager 900 nouvelles suppressions d’emplois mais il a expliqué avoir été contraint de revoir ce chiffre à la hausse compte-tenu de l’orientation toujours défavorable du marché. Volvo a essuyé une perte opérationnelle de près de 211 millions d’euros au 1er semestre 2008.. WEF: L’économie USA pourra rebondir après la criseDans son rapport 2008-2009, le Forum économique mondial (WEF) est optimiste. Il prédit que l’économie américaine pourra rebondir une fois la crise financière passée, car son économie est la plus compétitive du monde. Le WEF place les Etats-Unis à la tête de son classement en dépit de la crise. Toutefois, le rapport critique «les déséquilibres macroéconomiques» que les Etats-Unis ont accumulés ces dernières années, «avec des déficits fiscaux à répétition» qui ont mené à «des hauts niveaux de dette publique». Le document place la Suisse au 2e rang de son classement sur la compétitivité, louant son «excellente capacité d’innovation et une culture d’affaires très sophistiquée». Les pays nordiques sont également bien notés, le Danemark occupant la 3e place, la Suède la 4e et la Finlande la 6e. Le Royaume-Uni, placé en 12e position, est tombé de trois rangs par rapport à l’année dernière, du fait de «la faiblesse de ses marchés financiers». A l’inverse, la France, au 16e rang, gagne deux places par rapport à l’an dernier et est louée pour ses infrastructures et ses réseaux de transport. Le rapport sur la compétitivité se base sur un sondage auprès de 12.000 hommes d’affaires dans 134 pays couvrant une palette de thèmes liés au climat économique d’un pays. Le Maroc se place au 73e rang, gagnant 9 places par rapport à 2007-2008 (64). La Tunisie et l’Algérie ont occupé, en 2008-2009, respectivement les 36e et 99e rangs.. Prix Nobel de chimieLe prix Nobel de chimie a été décerné hier aux Américains Roger Tsien et Martin Chalfie ainsi qu’au Japonais Osamu Shimomura pour leurs travaux sur les protéines fluorescentes qui ont eu des applications dans la médecine, notamment pour détecter des tumeurs cancéreuses. Les trois lauréats ont découvert la protéine fluorescente verte qui avait été observée chez des méduses dès 1962 et qui a été essentielle au développement de la biochimie. Ces protéines fluorescentes sont utilisées pour leur rôle de marqueur, notamment pour des études des gènes. . Croissance: La BAD s’inquièteL’Afrique devrait échapper aux effets immédiats de la crise financière qui sévit dans les pays industrialisés mais sera confrontée à terme à des risques économiques majeurs avec une baisse de la demande mondiale et un accès limité aux financements, selon le président de cet organisme africain, Donald Kaberuka. Globalement les réserves externes de l’Afrique sont passées de 1 milliard de dollars en 2002 à 4 voire 5 milliards déposés actuellement dans les banques étrangères.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc